16 / 20
21/05/09
Sanctuary
PRAYING MANTIS
 
Il y a 30 ans, oui vous avez bien lu, PRAYING MANTIS publiait son premier EP 3 titres, intitulé "The Soundhouse Tapes".
Né 2 ans plus tôt, en 1977, PRAYING MANTIS est le projet de deux frères gréco-espagnol, les biens nommés Chris et Tino TROY (rien à voir avec NIP/TUCK !)
Chris et Tino sont des multi instrumentistes / auteurs / compositeurs / interprètes / producteurs qui, au fil des albums ont imposé PRAYING MANTIS comme un groupe phare, tout d'abord de la NWOBHM avant de glisser lentement vers un hard-rock mélodique teinté de claviers.
Chris et Tino ont toujours su s'entourer d'excellents musiciens pour co écrire leurs hits et interpréter leurs innombrables compositions, reconnaissables entre mille ! (Paul DI'ANNO, Dennis STRATTON, Gary BARDEN, Tony O'HORA, Doogie WHITE etc.)
Où en est le groupe en 2009 ?
Ce Sanctuary est la preuve que le groupe possède encore une belle flamme artistique !
J'ai aimé, dans un premier temps la pochette pleine de sens...
J'ai aimé ensuite découvrir un nouveau chanteur très talentueux, Mike FREELAND, dont le timbre et le phrasé rappelle John WEST (ARTENSION, ROYAL HUNT) en mieux.
Même si il ne me fera pas oublier Tony O'HORA, je dois dire que la prestation est à souligner pour sa grande classe.
J'ai aimé enfin la production et le mix enfin réussis pour le groupe et réalisé par Andy REILLY (ASIA, THE CULT, Bruce DICKINSON, FM etc) ; ce qui confirme que les frères TROY ont tout intérêt à laisser ce job à meilleur qu'eux.
Côté compositions, sans atteindre le sublime des Forever In Time de 1998 et Nowhere To Hide 2000, ce Sanctuary, qui surclasse haut la main le déficient The Journey Goes On de 2003 s'écoute avec beaucoup de plaisirs.
Nous retrouvons un hard-rock mélodique inspiré avec de belles lignes de chant, de bons refrains et l'ensemble est très cohérent.
Les claviers se font discrets mais précis, les rythmiques sont un peu plus hard que sur les albums cités précédemment et les fans du groupe et du style devraient y trouver matière à satisfactions.
Les moments forts pour moi se situent sur les plages 5 et 6, avec la délicieuse ballade Lonely Way Home et l'entraînant et enjoué Touch The Rainbow.
Globalement, les autres titres "tiennent la route" et un sentiment d'unité se dégage de l'album.
Dommage pour moi que cette formidable production ne soit présente sur les Forever In Time de 1998 et Nowhere To Hide 2000 !
Pour ce Sanctuary, nous retrouvons aux côtés de Andy, Mike, Chris et Tino, Andy BURGESS aux guitares et Benjy REID aux fûts.
Une belle équipe pour un bon album !
Rémifm
Date de publication : jeudi 21 mai 2009