12 / 20
24/11/09
Ov asylum
SEYMINHOL
 
SEYMINHOL est un habitué des chroniques des magazines Métal car ils traînent leurs guêtres dans le milieu depuis 1996 quand même et le fameux Thunder in the dark auto-produit.

Si les derniers opus étaient dans une veine Heavy assez prononçé voici que les Messins entament un virage décisif pour leur carrière en entonant des morceaux très marqués progressifs avec quelques piqués rapides pour ne pas renier leur passé. Fini donc les pochettes épiques à la Conan le barbare et place à une musique épurée à l'image même de la cover.

Plus sombre, plus éthéré que par le passé, la musique de SEYMINHOL s'est obscursi et donne maintenant plus dans un Métal comme a pu en proposer DYSLESIA dans sa dernière version. Au final, le sentiment est mitigé mais force est de reconnaître que Ov Asylum montre un groupe en pleine possession de ses moyens (même s'il n'a plus le jus d'antan), seule l'inspiration sur certains titres fait défaut. Si la musique est épurée, elle n'en demeure pas moins riche à tous les niveaux que ce soit dans les arrangements comme dans l'émotion.

Flirtant avec le progressif plus qu'à son habitude, les neuf titres constituent un tout indissociable d'où il parait impossible de mettre en exergue un titre plus qu'un autre. Comme à l’accoutumée, les breaks ont un rôle prépondérant, et le chant est mis en avant sur l’ensemble des compositions, mais s’équilibre agréablement avec les arrangements musicaux - plus recherchés que sur les précédents albums.

Les fans des débuts pourront regretter une orientation plus commerciale que par le passé ; le côté sombre et romantique qui fait désormais partie intégrante de la philosophie des Lorrains est mis en exergue volontairement. Des choix ont été fait, il ne reste plus qu'à être validés par le public seul véritable juge de paix en la matière, bonne chance pour ces nouvelles conquêtes...

Phil "KOB"
Date de publication : mardi 24 novembre 2009