17 / 20
13/12/09
Solemn.sacred.severe
GRIFTEGARD
 
Bien que refusant toute catégorisation confessionnelle, les Suédois de GRIFTEGARD pratique un doom metal tellement sombre et passionné qu’on les sent – peut-être à leur corps défendant – dépositaires de siècles d’un dolorisme propre au christianisme. Les ingrédients musicaux de base ne sont certes pas révolutionnaires ; on parle ici d’un doom metal typiquement européen, version lourde et sursaturée du heavy metal, avec une authentique clarté dans le propos. Pourtant, l’agencement de ces ingrédients somme toute classiques depuis les débuts de CANDLEMASS forge une identité propre. Les compositions sont longues, les rythmiques pesantes et sévères, offrant un mur suintant de désolation pour tout horizon. Certes, quelques arrangements (glas, claviers, passages acoustiques, piano sur Drunk with Wormwood) ponctuent fort à propos ce catafalque métallique, mais ils ont la joliesse de fleurs ornant une sépulture : c’est dire. Surtout, il y a le chant au bord de l’agonie, hanté de douleur de Thomas ERIKSSON ; cet homme vit littéralement ses textes et semble monter en permanence vers son propre Golgotha. Le résultat est transcendant et poignant, assurément ardu à appréhender pour le commun des mortels. Croyez-moi, il faut tenter cette expérience et saluer l’investissement total de GRIFTEGARD.
Alain
Date de publication : dimanche 13 décembre 2009