15 / 20
07/03/10
Everything remains as it never was
Eluveitie
 
Depuis ses débuts en 2002, le groupe suisse ELUVEITIE puise son inspiration dans la civilisation Gauloise pour ce qui est de son concept.

Heureusement, musicalement, cela ne se traduit pas par de la musique folklorique, non mais plutôt par un death métal sombre sans fioriture avec des rythmiques très appuyées où les instruments à vent occupent une place prépondérante. Le chant est quant à lui partagé entre un grogneur (Christian "Chrigel" GLANZMANN) et une vocaliste (Meri TADIC) qui s'impose de plus en plus.

Alors sans être franchement extraordinaire, cet album s'écoute relativement bien, sa noirceur faisant son charme. Les tempos sont plus ou moins enlevés et à l'écoute d'un titre à la mélodie accrocheuse tel que Thousandfold on ne peut qu'headbanger sur ses riffs heavy. Des plans rythmiques rapides, des riffs de guitare agressifs, s’insèrent fréquemment dans les morceaux pour faire mentir des passages plus aériens.

Dosés juste comme il faut, ils se fondent judicieusement dans un ensemble instrumental particulièrement riche et entraînant. Après avoir sorti un dernier opus qui était entièrement acoustique, ELUVEITIE a décidé de revenir aux affaires avec des sons plus traditionnels à sa discographie passée et ce n’est pas le fan que je suis qui va s’en plaindre.

En conclusion Everything Remains As It Never Was se montre musicalement plus abouti que ce que nos cousins ont pu produire jusque là, et on ne peut que les féliciter pour cette constance dans le rendu.

Phil "KOB"
Date de publication : dimanche 7 mars 2010