15 / 20
23/01/11
Vertigo : the story of vincent o’leary
VINDER
 
Le Heavy Metal n’est depuis belle lurette plus un genre propice à l’innovation, d’où la prolifération de chapelles dissidentes ou évolutives. Cet état de fait n’empêche pas une palanquée de formations de revendiquer fièrement leur appartenance à ce genre. En l’occurence, les Allemands de VINDER sont tombés dans la marmite de JUDAS PRIEST quand ils étaient petits et ils semblent ne pas vouloir le masquer. En témoigne d’entrée de jeu l’enchaînement de l’instrumental The Letter et de l’impérial Dark Horizon, selon la formule désormais fameuse The Hellion – Electric Eye.

Sur Where Evil Dwells, les riffs tranchants, bien nets et précis, posés sur un rythmique furieuse, avec des vocaux très énervés, situent par ailleurs VINDER dans la lignée du Heavy Metal radical tel que pratiqué par RAGE à ses débuts, voire dans celle du PRIEST de Painkiller quand les vocaux se font plus aigus et éraillés. Les guitares jumelles évoquent aussi parfois aux compositions d’Adrian SMITH au sein de IRON MAIDEN (le refrain de Diary Of A Child peut renvoyer à Wasted Years).

A aucun moment, l’auditeur déjà habitué à l’hsitoire du Heavy Metal ne sera surpris, tant l’ensemble est carré de chez carré. Cela dit, VINDER est composé de vétérans (anciens de TYRAN PACE, SINNER, THE ARMADA) qui connaissent leur affaire et qui assurent une interprétation impeccable, passionnée, servie par une production très claire et puissante. De plus, VINDER n’hésite pas à truffer ses compositions de mélodies – vocales ou guitaristiques – convaincantes et bien agencées (Funny Games notamment).

Ajoutons que Vertigo est un album conceptuel (sombre et sanglant, le concept, en contraste avec une musique plus positive) accompagné d’une bande dessinée. Au total, voilà un album plus qu’écoutable, à la fois percutant, lyrique et agréable, susceptible de plaire aux nostalgiques du Heavy Metal des années 80 (le son en plus !). Ceux qui voudront être surpris passeront leur chemin.
Alain
Date de publication : dimanche 23 janvier 2011