18 / 20
09/04/11
The eternal battle
DOOMSWORD
 
Souvent le Heavy Metal cherche à exprimer des sentiments de grandeur et (trop) souvent, pour y parvenir, les groupes ont recours à la surenchère : choeurs grandiloquents, arrangements pompeux, surcharge des riffs. Les Italiens de DOOMSWORD ont d’emblée choisi un concept guerrier mais ont toujours su tourner le dos à la prétention et aux excès pour narrer leurs histoires de guerriers, de fierté, de combats. De sa première démo, Sacred Metal (1997) à ce nouvel album, le groupe a produit des albums gonflés d’un Heavy Metal aux tempi médium ou lents, au souffle épique totalement irrésistible : Doomsword (1999), Resound The Horn (2002), Let Battle Commence (2003), My Name Will Live On (2007).

The Eternal Battle enfonce le clou en préservant un niveau qualitatif extrêmement élevé. Là où MANOWAR se noie dans sa propre graisse et se décrédibilise à force de prétention, DOOMSWORD s’empare de l’étendard que les Américains portèrent fièrement sur leurs quatre ou cinq premiers albums et embarquent l’auditeur dans une odyssée épique et mélodique. Les arrangements (choeurs, claviers, guitare acoustique) sont judicieux et relativement modérés, l’essentiel demeurant l’interprétation purement métallique. Citons notamment les riffs secs et les soli impeccablement construits et mélodiques (on est parfois à la limite des influences classiques sans jamais verser dans la démonstration stérile), le chant grave, voilé et austère, les excellentes parties de batterie qui confèrent un dynamisme constant à des tempi à nouveau modérés.

Honnêtement, si à l’écoute de Wrath Of The Gods, Eternal Battle ou The Fulminant, vous ne vous lancez pas dans un headbanging avec le poing levé bien haut, c’est que vous êtes indignes d’écoutez du Heavy Metal : ni plus ni moins ! DOOMSWORD se hisse à la hauteur des combattants dont il chante les louanges. Magistral !
Alain
Date de publication : samedi 9 avril 2011