13 / 20
14/06/11
Stronger than frost
KAMLATH
 
KAMLATH s’est échappé des rigueurs de la Sibérie pour proposer un premier album de Dark Metal gothique (le duo préfère parler de Siberian Metal) évidemment riche en ambiances désolées et glaciales. Parmi les atouts, on notera des interventions à la guitare solo de Mike WEAD (MEMENTO MORI, MERCYFUL FATE, CANDLEMASS, KING DIAMOND), l’illustration de Seth Siro Anton (SEPTIC FLESH) et surtout une certaine retenue dans l’exposé des motifs.

Explication : tant par choix que par économie de moyens (la production n’est pas luxueuse, sans être ridicule pour autant), KAMLATH tourne le dos aux excès du Rock et du Metal gothiques actuels. Pas de choeurs grandiloquents, pas de synthétiseurs clinquants, pas d’effets de manche. Le chant de Marco BENEVENTO (de THE FORESHADOWING) est grave et lapidaire, comme de bien entendu, mais gagnerait à être davantage travaillé et renforcé. Les guitares distillent des riffs secs, austères, qu’on aurait aimé plus incisifs.

L’absence d’emphase confère au tout un aspect sévère, presque désincarné, à peine brutalisé par des incursions Black Metal très contrôlées et finalement peu méchantes. Ce rendu sec et direct peut par moments évoquer l’esprit propre aux premiers enregistrements des SISTERS OF MERCY, quand bien même la filiation stylistique n’est pas clairement établie.

Le problème est que ces spécificités bienvenues finissent par lisser l’efficacité de l’album dans son ensemble. En soignant les compositions et le son, KAMLATH devrait sans nul doute revenir nous hanter avec encore plus d’efficacité.
Alain
Date de publication : mardi 14 juin 2011