15 / 20
16/06/11
To mourn is a virtue
FUNERAL
 
Formés en 1991, les Norvégiens de FUNERAL furent des précurseurs de ce sous-genre qu’est le Funeral Doom Metal. To Mourn Is A Virtue n’est pas à proprement parler le cinquième album du groupe. Il s’agit en effet d’une compilation de morceaux inédits, demeurés à l’état de démos et enregistrés entre 1996 et 2004. Chaînons manquants entre le premier album Tragedies (1995) et le troisième From These Wounds (2006), ils ont bénéficié d’un remastering.

En dépit de l’étalement assez considérable dans le temps, ces neufs compositions forment un ensemble cohérent en ce sens qu’ils mettent en exergue la particularité de FUNERAL au sein du microcosme du Funeral Doom. En effet, là où beaucoup de formations proposent en fait une version maximaliste (plus lente, plus lourde, plus longue, plus atmosphérique) du Doom Death, FUNERAL a toujours privilégié une approche plus fine, plus directement mélodique. Ce choix s’exprime tout d’abord dans le domaine du chant clair, empreint d’une tristesse poignante, parfois proche de la lamentation. Les lignes de chant privilégient la mélodie et sont par instants étayées par des combinaisons vocales renforcées.

Ensuite, les arrangements, notamment de claviers, sont nombreux et contribuent à aérer l’ensemble ; de même les guitares lead prennent le dessus sur les riffs. Enfin, le son d’ensemble demeure toujours limpide (même pour des démos) et établit de fait une filiation avec l’univers du Doom Metal lyrique classique (celui de SOLITUDE AETURNUS, par exemple).

Comme souvent avec FUNERAL, l’écoute de l’ensemble de l’album d’affilée peut provoquer une légère lassitude, l’auditeur étant confronté à des compositions lentes et longues, peu dotées d’aspérités et de dynamiques. Par contre, pour ce qui est de la lancinance et de la dépression gothique, To Mourn Is A Virtue prouve la maîtrise de FUNERAL en la matière au fil des ans.
Alain
Date de publication : jeudi 16 juin 2011