18 / 20
26/10/11
Youniverse
DYNAHEAD
 
Originaire du Brésil, DYNAHEAD apparaît sur la scène Metal en 2008 avec un album autoproduit, Antigen. Il reçoit un écho très favorable auprès de nombreux magazines underground. Composé de Caio DUARTE (chant), Diogo MAFRA et Pablo VILELA (guitares), Diego TEIXERA (basse) et Rafael DANTAS (batterie), le groupe se distingue par son aptitude à mêler des composantes Thrash Metal et Metal progressif. DYNAHEAD revient en 2011 avec le concept-album Youniverse, dans lequel il entend explorer les rapports entre l’évolution d’un individu et celle de l’Univers.

Tout au long de cet album, DYNAHEAD démontre à nouveau d’une façon éclatante la diversité de ses influences. Tout d’abord, l’album est fréquemment empreint d’un Metal de facture assez classique. Ainsi, Ylem et Eventide terrassent l’auditeur par leurs lugubres riffs d’intro. Dans le même esprit, les ambiances plombées ont les faveurs du groupe, notamment sur Confinement In Black.

Cependant, le talent de DYNAHEAD s’exprime tout autant dans d’autres registres, dont certains étaient déjà révélés par son premier album. Sa musique se teinte régulièrement de Thrash, une tendance idéalement servie par les séduisants hurlements de Caio DUARTE. On citera à cet égard Inception ou encore My Replicator.

Les Brésiliens s’essaient également au Speed Metal qui fait les beaux jours de ses compatriotes d’ANGRA. Les spectaculaires envolées solistes des guitaristes, dotées d’une technique exceptionnelle, en constituent une des signatures. Il en est de même de l’usage de la double pédale, dont le groupe a le bon goût d’user avec modération - pour ma part, je ne suis pas un inconditionnel de cet accessoire !

Non content de s’illustrer dans différents courants majeurs, DYNAHEAD n’hésite pas à pratiquer une remarquable fusion. My Replicator mêle ainsi le Thrash et le Speed Metal. Inception allie quant à lui le Thrash au Hard Rock. Pour cette raison, le Metal pratiqué par le groupe mérite pleinement le qualificatif de progressif. Si Youniverse s’impose rapidement comme un superbe album, un grand nombre d’écoutes s’avère donc nécessaire pour appréhender pleinement sa richesse.

La meilleure illustration des tendances progressives de DYNAHEAD est apportée par le sublime Repentance Hour, qui bénéficie d’un incroyable foisonnement d’idées. Débutant par un Speed Metal des plus énergiques, il propose de nombreux interludes aux mélodies si limpides qu’elles deviennent aussitôt entêtantes, inoubliables. Ces parties sont embellies par le chant clair de DUARTE, formant un contraste spectaculaire avec celui qu’il adopte sur les plages d’orientation Thrash.

De manière plus anecdotique, on note parfois des sources d’inspiration inattendues. Des passages Flamenco interviennent ainsi sur Circles. Quant à Way Down Memory Lane, elle prend fin sur des rythmes de Bossa Nova… Quoique ceux-ci ne s’avèrent pas si surprenants, de la part de musiciens brésiliens !

Souhaitons à DYNAHEAD la brillante carrière que laisse augurer le savoureux cocktail composé pour ce Youniverse. Toutefois, celle-ci se poursuivra sans le batteur démissionnaire Rafael DANTAS, remplacé par Deth SANTOS.
Chouman
Date de publication : mercredi 26 octobre 2011