Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
MOTORHEAD - The world is ours, vol. 1

Style : Hard Rock
Support :  Année : 2011
Provenance du disque : Reçu du label
52titre(s) - 205minute(s)

Site(s) Internet : 
MOTORHEAD WEBSITE

Label(s) :
UDR
 (15/20)

Auteur : metalmp
Date de publication : 16/12/11
Motorhead live. peux toutefois mieux faire
Il y a trois ans, Sam DUNN et Scot MC FAYDEN ont donné un miraculeux coup de pioche dans la montagne magique du Metal imagé. Le génial documentaire qu’ils ont consacré à la première partie du Somewhere Back On Tour d’IRON MAIDEN (Flight 666), puis celui consacré à RUSH (The Time Machine) ont propulsé le duo au rang de valeur incontournable des réalisateurs de documentaires musicaux in situ. Autant dire que les deux compères deviennent les nouveaux meilleurs amis pour la vie des groupes de Hard Rock et de Heavy Metal

Si les formations qui peuvent intéresser le duo sont innombrables – inutile donc de les citer – les nouvelles terres du Metal que sont les pays sud américains semblent particulièrement attirants pour filmer des publics chaud bouillants. Normal, après tout, ces pays ouvrant leurs frontières depuis quelques années à ce Metal si diabolisé, que le public en profite pleinement, et le fasse savoir.

The World is Ours, Vol. 1 commence fort : le tournage débute de jour, dans les rues de Santiago, capitale du Chili, où le public est encadré par des forces de l’ordre si lourdement équipées qu’elles feraient passer nos CRS pour des enfants de chœur…La sirène d’alerte annonciatrice de Bomber ajoute encore à cette ambiance malsaine de guerre civile.

Une fois à l’intérieur, place au spectacle. Lemmy, comme à son habitude (quoique, à Paris il l’a lancé à la fin du show) annonce le traditionnel « we are MOTORHEAD… and we play Rock’n’roll ». Place au show, donc qui débute, étonnamment, par Iron Fist. Le trio aurait-il décidé de prendre quelques risques à l’occasion de ce tournage ? Si la suite nous montre que MOTORHEAD, en dehors de éternels classiques (Overkill, Ace Of Spades, The Chase Is Bette Than The Catch, Bomber, Metropolis, Stay Clean…) pioche dans une bonne partie de sa discographie et réserve quelques surprises (Rock Out, In The Name Of Tragedy – j'enrage: pourquoi ne pas l’avoir joué à Paris, hein ??? – parmi d’autres) tout en faisant (un peu) honneur à son dernier album, The World Is Yours.

Seulement, une question se pose : pourquoi ce concert nous est-il intégralement présenté en noir et blanc ? Rapidement, les défauts de ce produit prennent le dessus : le manque de couleur mis à part (quel dommage, quand on connait le travail sur les éclairages que le groupe déploie sur scène, un vrai gâchi) la durée totale du concert n’atteint même pas les 90 minutes… Heureusement, deux autres spectacles sont proposés en bonus (et en couleurs), à Cambridge, avec un Michael MONROE qui ne tient pas en place (sur Born To Raise Hell) et trois titres enregistrés à New York dont un avec Doro (Killed By Death).

Ensuite, il existe plusieurs version de ce documentaire : DVD ou Blue Ray seuls ou proposés avec les enregistrements sur support CD,histoire de pouvoir en profiter sur la route ou encore double vinyle. Le contenu est strictement identique mais le tout est outrageusement sous mixés et manque de puissance.

Déçu ? Oui, incontestablement. Certes, The World Is Ours, Vol 1 offre quelques moments aussi puissants que MOTORHEAD sait l’être, comme ce Going To Brazil si rapide (il ne dure que 2’05, soit 24'' de moins que l'original !) que même Lemmy bafouille et s’emmêle les pinceaux. Ou encore ces petits moments d'interview pendant lesquels Phil explique (ou rappelle, c'est selon) les passe-temps de chacun, le sien étant de déconner... Mais ces instants, au final, se trouvent dilués dans un ensemble décevant, voire paresseux, dont le produit proposé est, avec tout le respect que j’éprouve depuis des décennies pour le groupe, indigne de MOTORHEAD. C’est le genre de travail dont le résultat agace le(s) fan(s) de longue (ou moins longue) date qui attend plus d’un groupe à ce niveau de carrière.

Lemmy, le film fut une réussite complète. Mais il ne s'agissait pas de la même équipe. Celle-ci, après deux documents de référence, fait un flop. Il est à souhaiter que le second volet de The World Is Ours puisse effacer la déception de ce Vol.1. MOTORHEAD mérite mieux que ça. Bien mieux…
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
ALLEN / LANDE
The revenge
BLACKRAIN
It begins
H.E.A.T
Freedom rock
FIREHOUSE
Hold your fire
DIRTY PASSION
Demo
Chroniques du même auteur
THE ANSWER
Raise a little hell
MOTORHEAD
Ace of spades
STRATOVARIUS
Elysium
AMERICAN DOG
Poison smile
GRORR
Anthill
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente