17 / 20
31/12/11
Here and now
NICKELBACK
 
Voici dix ans, NICKELBACK était révélé par Silver Side Up. Troisième opus du groupe, il truste dès sa sortie les avant-postes des classements internationaux, une performance que les Canadiens rééditeront à chaque album. Here And Now succède à Dark Horse, paru en 2008. A l’exception du batteur Ryan VIKEDAL, remplacé en 2005 par Daniel ADAIR, tous les musiciens ayant participé à l’enregistrement de Silver Side Up jouent sur ce septième album : Chad KROEGER (chant et guitare), Ryan PEAKE (guitare et chant) et Mike KROEGER (basse).

Après l’accueil extrêmement favorable réservé à Dark Horse, produit par le légendaire Robert John « Mutt » LANGE, la tâche de Here And Now pouvait sembler délicate. C’était méconnaître le talent du quartette, qui propose ici encore une collection de titres énergiques. Typique du style de NICKELBACK, le premier single, Bottoms Up, se distingue tout autant par ses guitares saturées que par la puissance vocale de Chad KROEGER. Bien d’autres plages possèdent l’étoffe d’un simple : tel est le cas de This Means War et Midnight Queen, porté par un refrain imparable.

Outre ses nombreux morceaux à tendance Hard Rock, Here And Now est également particulièrement fourni en power ballads. Deux de celles-ci peuvent prétendre succéder à How You Remind Me, extrait de Silver Side Up qui envahit littéralement les ondes en 2002. Il s’agit de Lullaby et Trying Not To Love You, dotés de superbes mélodies. Risquons un pronostic : de par ses parties de piano et son chant poignant, le premier cité devrait paraître plus abouti encore aux yeux des fans.

L’efficacité des titres est accrue par le soin apporté à la production, assurée conjointement par NICKELBACK – une première - Joey MOI et Brian HOWES. Majoritairement soutenues par les guitares de Chad KROEGER et Ryan PEAKE, les compositions profitent aussi d’une section rythmique très présente. L’enchaînement de passages dominés par la basse et de parties aux riffs enragés, illustré par Holding On To Heaven et Everything I Wanna Do, contribue à la dynamique de ces titres. Sur When We Stand Together, second extrait de l’album, un break de batterie offre un résultat similaire. On est ici en présence de traits caractéristiques du son des Canadiens, déjà identifiables sur Silver Side Up.

On peut craindre que Here And Now ne subisse à nouveau certaines critiques qui semblent coller à la peau de NICKELBACK. Selon ses détracteurs, le groupe manquerait d’originalité, se contentant de creuser le même sillon. Cet album ne révolutionnera pas le genre, mais les musiciens n’en avaient nullement l’intention. Souvent caricaturés comme simples suiveurs de NIRVANA, ils ont su tirer parti de l’héritage Grunge - symbolisé notamment par leur collaboration avec un des producteurs attitrés de ce courant, Rick PARASHAR, sur Silver Side Up – pour créer un son qui leur est propre. Ce dernier trouve aujourd’hui son expression dans un album très réussi et particulièrement homogène. Encore plus agréable que le LP qui a tout déclenché ? N’hésitons pas à l’écrire.
Chouman
Date de publication : samedi 31 décembre 2011