16 / 20
04/02/12
Oceana
DEREK SHERINIAN
 
Métronome infatigable, Derek SHERINIAN nous livre, à la fin de l'été 2011, son 6ème album studio sous son nom, Oceana, tout en faisant vivre PLANET X et BLACK COUNTRY COMMUNION, ses autres desseins musicaux actuels.

Ces 9 nouvelles compositions renouent avec le Jazz Rock Fusion mélodique et exalté que l'ex-clavier de DREAM THEATER avait plus ou moins délaissé lors de ses dernières créations et qu'il s'emploie ici à enflammer avec ses claviers aux différentes sonorités, du piano à l'orgue Hammond, en passant par le Moog. Qu'ils se nomment Tony McALPINE (Five Elements, Mercury 7), Steve LUKATHER (Mulholland, Euphoria), Steve STEVENS (Ghost Runner, Oceana), Joe BONAMASSA (I Heard That) ou Doug ALDRICH (El Camino Diablo), ces 5 guitaristes qu'il n'est plus besoin de présenter, invités par le maître des lieux, débordent de feeling et d'inspiration, autant au niveau des solis, ou bien encore couplés ou s'offrant des passes d'armes avec les claviers, forts nombreuses sur cet Oceana. Certaines lignes mélodiques de guitares pourront rappeler ici ou là ce que propose Joe SATRIANI. La basse de Jimmy JOHNSON et Tony FRANKLIN (sur 2 titres) groove admirablement, comme il se doit, complice d'une batterie au jeu langoureux (Euphoria, I Heard That) ou nettement plus rythmé (l'excellent et trépignant Ghost Runner), tenue par Simon PHILIPS, co-auteur et co-producteur.

Ce nouvel album est d'une ample résonance instrumentale, riche en mélodie. Chaque titre apporte son lot de bravoure harmonieuse (Mercury 7, Oceana), faisant oublier le mitigé Molecular Heinosity (2009), mais rappelant l'excellent Mythology (2004). Oceana surfe donc indéniablement sur le haut de la vague des productions de Derek SHERINIAN, véritable Caligula des claviers !
Ben
Date de publication : samedi 4 février 2012