16 / 20
07/03/12
Life... and all it entails
ENOCHIAN THEORY
 
Life... And All It Entails... Eh bien un deuxième album par exemple ! Toujours aussi créatifs, les trois Anglais de ENOCHIAN THEORY, Benedict HARRIS-HAYES (chant, guitares et piano), Sam STREET (batterie et percussions) et Shaun RAYMENT (basse) donnent ici une suite à Evolution : Creatio Ex Nihilio, premier album paru en 2010.

Moins rageur, moins tourmenté aussi que le précédent, Life... And All It Entails privilégie des ambiances plutôt mélancoliques. Où les mélodies, appuyées par un chant clair (tutoyant par instant la Pop anglaise), par un piano omniprésent, par des guitares moins typées Métal et par de nouveau la présence du The Lost Orchestra, ensemble orchestral classisant moderne dont le compositeur n'est autre que Benedict, sont plus limpides, plus accessibles. Même si toujours présentes, ces vagues alternant calme, sérénité et courroux électrique sont moins nombreuses et moins violentes (Hz, Inversions, Nisi Credideritis, Non Intelligetis...). Le chant typé Death se fait aussi plus rare (For Your Glory, Great Deceiver), ce dernier se voulant le pendant de toute existence biologique.
Finalement, du Métal Progressif plus ou moins ambitieux de Evolution : Creatio Ex Nihilio, il n'en reste plus grande trace, sinon son esprit conceptuel (et philosophique ?) sur la Vie, animé par quelques "gros" sons de guitares disséminés ici où là. L'écriture de ces douze compositions (la treizième, The Fire Around The Lotus étant un titre remasterisé du premier album), hormis un non-titre (Zero Is Also A Number) et deux titres-interludes tout à fait dispensables ici, se tourne alors vers une interprétation plutôt Rock Progressif harmonieux, où la prégnance d'un PORCUPINE TREE se fait plus que jamais sentir (This Aching Isolation, Hz, Inversions, l'instrumental mélodique The Motives Of The Machines..). Les guitares et la rythmique sont plus légères, moins abrutissantes et furieuses, Benedict utilisant même sur un titre, le mélancolique et doucereux bien nommé Loves, une guitare acoustique. Le motif répétitif de guitare sur Nisi Credideritis... dresse un petit clin d'oeil à PINK FLOYD. Nous pensons aussi de nouveau à ANATHEMA, lorsque la composition évolue dans des ambiances atmosphériques (This Aching Isolation, Distances...), souvent relativement plus sombres.

Avec ce nouvel album, il n'est pas sûr que les fans de la première heure retrouvent l'entrain et les constructions Métal de Evolution : Creatio Ex Nihilio... Pour ma part, j'avoue un petit penchant pour Life... And All It Entails, plus accessible à mes délicats tympans, plus homogène et peut-être plus abouti aussi. Mais comme toujours, dès qu'il s'agit de partager sur l'Art en général, les goûts et les couleurs font briller les arguments de chacun !
Ben
Date de publication : mercredi 7 mars 2012