17 / 20
27/04/12
Hit the zoo
EXILE PARADE
 
Depuis la British invasion des années soixante, l’Angleterre a fréquemment produit des formations concourant pour devenir le « plus grand groupe de Rock ‘N’ Roll du monde ». Encore couramment utilisée pour désigner les ROLLING STONES, cette expression remonte à l’âge d’or de ces derniers, débutant avec Beggars Banquet (1968) pour prendre fin avec Exile On Main Street (1972). Plus près de nous, suite à l’extraordinaire succès de ses deux premiers albums, Definitely Maybe et (What’s The Story) Morning Glory, OASIS s’est lui-même décerné ce titre légendaire. Généralement objet d’une rude compétition – le groupe des frères GALLAGHER était ainsi principalement opposé à BLUR – il pourrait aujourd’hui revenir à EXILE PARADE. Tel est en tout cas l’avis d’Owen MORRIS, producteur majeur de la Britpop des années 1990, qui a peaufiné le son de Hit The Zoo après avoir contribué à celui du premier EP des jeunes Anglais, Brother Ballet (2009). Selon MORRIS, ils constituent le meilleur groupe de Rock qu’il ait écouté depuis les débuts d’OASIS.

A travers son album, EXILE PARADE fait apparaître un fort ancrage dans le Rock anglais, entendu au sens large. Diverses influences typiquement Britpop s’y font en effet jour : les superbes refrains de Life Of Crime renvoient directement à la première période d’OASIS, quand la ballade If I’m Not Famous aurait pu être interprétée par THE VERVE, deux artistes avec lesquels le producteur a d’ailleurs collaboré. Les guitares de Hello Blue, évoquant le jeu de Keith RICHARDS et Ronnie WOOD, confirment le talent du quintette à convoquer les grandes figures.

Toutefois, le groupe puise également son inspiration à d’autres sources. Elles se situent parfois outre-Atlantique : à l’écoute du morceau introductif Fire Walk With Me, doté d’une rythmique sauvage, je songe très nettement à certains précurseurs du Punk tels que les STOOGES. De la même manière, Man Is Sick démontre que les musiciens ont assimilé l’énergie et l’urgence caractéristiques de ce mouvement. L’album se teinte même de psychédélisme, à l’occasion du final Shadows qui comporte des lignes de chant plutôt envoûtantes, malgré (ou grâce à) la brièveté de son texte.

Excellent disque aux compositions régulièrement accrocheuses, Hit The Zoo dévoile l’indéniable potentiel de EXILE PARADE. Les performances vocales se révèlent spectaculaires, notamment en ce qui concerne le registre des aigus où officient fréquemment Daniel LOMAX (chant lead) et Phil HENNESSEY (chœurs), qui brillent respectivement sur If I’m Not Famous et Movie Maker. La section rythmique se montre quant à elle très présente (Life Of Crime). Owen MORRIS, qui connaît son affaire, ne semble pas s’être trompé : voici un groupe à suivre absolument, qui devrait rencontrer l’adhésion de nombreux fans de Rock.

Line-up :

Chris OWEN : guitare
Daniel LOMAX : chant
Dave HENNESSEY : basse
Gary MUTCH : batterie
Phil HENNESSEY : chant / guitare rythmique
Chouman
Date de publication : vendredi 27 avril 2012