16 / 20
10/10/12
Band of brothers
HELLYEAH
 
Phénomène fréquent sur le circuit Metal, la création de supergroupes se heurte parfois à certains écueils. Tout d’abord, leur production ne rencontre pas toujours le succès espéré. Ainsi, malgré la qualité du répertoire d’AUDIOSLAVE, ses piliers Chris CORNELL et Tom MORELLO ont souhaité réactiver respectivement SOUNDGARDEN et, le temps d’une tournée, RAGE AGAINST THE MACHINE : peut-être faut-il y voir l’effet de la nostalgie de fans réticents à voir leurs héros s’embarquer dans d’autres aventures ? Ensuite, de telles formations ne connaissent parfois qu’une existence brève, les réduisant à un projet plutôt qu’à un all-star band. En ce qui concerne HELLYEAH, cette seconde difficulté est d’ores et déjà écartée, puisque les Texans comptent aujourd’hui trois albums à leur actif : un disque éponyme (2007), Stampede (2010) et Band Of Brothers (2012). Le gang réunit le chanteur Chad GRAY et le guitariste Greg « Tribbs » TRIBBETT (MUDVAYNE), Tom MAXWELL « Tomcat » (guitare, NOTHINGFACE), Bob ZILLA (basse, DAMAGEPLAN) et Vinnie PAUL (batterie, ex-PANTERA et DAMAGEPLAN).

HELLYEAH livre ici un condensé d’agressivité, riche en hymnes potentiels tels que Band Of Brothers, Drink Drank Drunk – tous deux sortis en single - ou encore Dig Myself A Hole. Les incessants assauts sonores mettent en valeur la maîtrise affichée par le groupe, en particulier la frappe démoniaque de Vinnie PAUL, qui martyrise pareillement ses fûts au sein de ses écuries précédentes, ainsi que les hurlements de Chad GRAY. Lorsque, exceptionnellement, celui-ci quitte son registre habituel, le résultat apparaît tout aussi convaincant. On peut ainsi retenir la superbe ballade Between You And Nowhere qui, à l’exception de son final, tient davantage du Rock que du Metal.

En matière de titres de plages et de textes, Band Of Brothers se montre conforme à l’ambiance qu’il suggère. Le morceau d’ouverture War In Me, à mon sens le plus violent de l’album, est particulièrement éloquent à cet égard. Il est suivi d’un Band Of Brothers au thème également peu réjouissant, même s’il exalte des valeurs de solidarité : « As long as we stand together / everything’s gonna be alright ». Cependant, HELLYEAH ne se cantonne pas à un lexique martial. War In Me célèbre sans ambages un trait majeur du Rock ‘N’ Roll : « Life’s too short to be sober », de même que Drink Drank Drunk où le plaisant « booze » est répété plusieurs fois.

Enfin, on peut saluer l’homogénéité de ce Band Of Brothers, constitué de compositions de bon niveau. WM Free, moins inspiré, passe pour le seul signe d’essoufflement des musiciens. Même si les titres qui le constituent sont généralement construits sur un unique modèle, dont se détachent simplement Between You And Nowhere et, par ses penchants Heavy Blues, What It Takes To Be Me, le LP semble donc pouvoir prétendre au succès commercial. Et faire mentir le cliché évoqué plus haut…
Chouman
Date de publication : mercredi 10 octobre 2012