Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
BERSERKERS - The end is nigh

Style : Heavy Metal
Support :  CD promo - Année : 2012
Provenance du disque : Reçu du groupe
5titre(s) - 30minute(s)

Site(s) Internet : 
BERSERKERS MYSPACE 
BERSERKERS BANDCAMP
FACEBOOK BERSERKERS

Label(s) :
Auto Production
 (16/20)

Auteur : metalmp
Date de publication : 24/11/12
Back to roots
Premier Ep de BERSERKERS après la publication d'une démo chroniquée ici même, The End Is Nigh présente un aspect qui se veut plus "pro" des Bordelais.

A travers 5 morceaux, Julius et sa bande cherchent à nous démontrer l'étendue de leurs connaissances musicales historiques et de leur savoir faire. Car bien que jeunes, on sent que l'on a à faire à des passionnés de gros rock, celui qui traverse les époques. En effet, les références aux 70's et aux 80's, au Heavy Rock et, parfois, au progressif, sont légion. On retrouve même des traces, aussi surprenant que cela puisse paraitre, du DYGITALS des années 84-87 - dans certaines lignes mélodiques et vocales !

Mais, malins, si BERSERKERS garde un pied dans ce glorieux passé musical, il parvient également à apporter une touche contemporaine. Les riffs, souvent épurés, entraînent aisément l'auditeur dans le sillage des Rock et Roll ou I Lose Control. Les variations de tempos, les guitares aériennes (The End Is Nigh) le maintiennent en éveil, tandis que le plus lourd Hanibal intrigue avec ses aspects évocateurs d'un Orient révolu. Dying Alone, qui clôt cet ensemble prometteur, se rapproche du progressif exploratoire des années 70. BERSERKERS nous propose ainsi un panel musical à la fois varié, entrainant, intrigant parfois et, somme toute, parfaitement cohérent. On se plait à passer d'un morceau à l'autre avec un intérêt soutenu.

Si, naturellement, les guitares dominent, une place de choix est accordée à la basse du chanteur Julius. Cependant, l'on remarquera la discrétion et l'efficacité des claviers qui toujours viennent napper un ensemble musical cohérent et réfléchi, un ensemble auquel il ne manque au final qu'une vraie production. Ne me méprenez pas, s'il vous plait: le rendu sonore est plus que correct (tout comme le chant anglais), mais manque de quelques rondeurs et, par conséquent, d'amplitude. L'effort avec The End Is Nigh reste toutefois suffisamment remarquable pour que l'on se penche avec bienveillance sur cette oeuvre ambitieuse, qui pourrait être un prélude à une belle carrière.

COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
BATTLE RAM
Smash the gates
WIZARD
Of wariwulfs and bluotwarves
WITCH HAMMER
Zodiac
CAULDRON
New gods
KISSIN' DYNAMITE
Money, sex & power
Chroniques du même auteur
RALF SCHEEPERS
Scheepers
THE TREATMENT
Running with the dogs
JC JESS
Battlefront
ROYAL REPUBLIC
Save the nation
DEFICIENCY
The prodigal child
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente