Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
T&N - Slave to the empire

Style : Hard Rock
Support :  CD - Année : 2012
Provenance du disque : Reçu du label
12titre(s) - 65minute(s)

Site(s) Internet : 
T&N REVERBNATION
RAT PAK RECORDS WEBSITE
EAR MUSIC WEBSITE

Label(s) :
Edel Music
 (15/20)

Auteur : Chouman
Date de publication : 25/02/13
Inspiration nostalgique
De formation récente (2011), T&N réunit le line-up légendaire de DOKKEN, exception faite de son chanteur Don. Nous retrouvons ainsi George LYNCH (guitare), Jeff PILSON (basse) et « Wild » Mick BROWN (batterie). Premier album du trio, Slave To The Empire accorde une place de choix aux vocalistes, le titulaire Jeff PILSON étant secondé par des invités prestigieux : Doug PINNICK (KING’S X), Robert MASON (WARRANT), Sebastian BACH et Tim « Ripper » OWENS. Outre des reprises de DOKKEN, ce LP dévoile des compositions originales, sur lesquelles BROWN cède la place à un camarade chevronné, Brian TICHY (WHITESNAKE, Billy IDOL, FOREIGNER, Ozzy OSBOURNE).

De toute évidence, la nostalgie a présidé à ce projet, le nom d’artiste choisi en fournissant une preuve tangible. Initialement, les musiciens avaient opté pour TOOTH & NAIL, en référence à un classique de DOKKEN ; pour des raisons de copyright, ce patronyme a ensuite dû être abrégé en T&N. Slave To The Empire comporte pas moins de cinq reprises du groupe américain, toutes aussi brillantes les unes que les autres. A l’exception de l’efficace Into The Fire, aux accents Hard Rock FM, aucun de ces extraits n’est interprété par le chanteur attitré du groupe. Doug PINNICK propose ainsi un Tooth And Nail dont le pont rappelle furieusement VAN HALEN (période David LEE ROTH) tandis que It’s Not Love et Alone Again sont respectivement magnifiés par Robert MASON et Sebastian BACH. Enfin, on saluera la version ouvertement Heavy de Kiss Of Death - due à Tim « Ripper » OWENS - qui semble échappée d’un bootleg de JUDAS PRIEST !

En ce qui concerne les compositions originales, Slave To The Empire offre également quelques belles réussites. La plus notable, le superbe Sweet Unknown, mêle différentes influences, des couplets rappelant les atmosphères développées par JANE’S ADDICTION aux refrains teintés de Hard Rock seventies, où Jeff PILSON offre un chant absolument remarquable. On peut encore citer l’enlevé Access Denied, au final duquel des violons apportent une note tragique.

Malheureusement, le disque souffre d’une certaine hétérogénéité. Certains titres, malgré d’indéniables qualités, ne m’ont pas totalement convaincu. Ainsi, le nerveux Slave To The Empire démontre un professionnalisme évident, mais ne dégage guère d’émotion : il est même surprenant qu’il ait été utilisé pour baptiser l’album. De la même manière, les séduisants riffs de When Eagles Die ne suffisent pas à rendre le morceau mémorable. La longueur des plages – nombre d’entre elles durent quelque six minutes – pourrait également être à l’origine de cette relative monotonie. Rien de rédhibitoire toutefois, puisqu’il est probable que le public visé retiendra surtout les impeccables reprises de DOKKEN, avec lesquelles certains inédits supportent très bien la comparaison.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
evil steel Le mardi 26 février 2013

Ville : Québec
Les reprises de Dokken sont excellentes et l`album commencent plutôt bien, mais il se gâte assez rapidement!! Lynch et Pilson retombent très rapidement dans ce qui leur faisait justement défaut dans le projet Lynch/Pilson sortit il y a quelques années!! Finalement, c`est une suite logique à cet album, mais avec des reprises de Dokken en bonus!! Bon , mais pas essentiel!! Un album qui prendra rapidement la poussière dans ma discothèque!!
 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
BADMOUTH
Promo ep
ULI JON ROTH
Tokyo tapes revisited – live in japan
DEF LEPPARD
On through the night
SNAKE EYE
3
A PERFECT DAY
A perfect day
Chroniques du même auteur
NIRVANA
Unplugged in new york
SOUNDGARDEN
Superunknown
WINTERTHRONE
The godslayer
NIRVANA
Live at reading
UNTIL DAWN
Horizon
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente