16 / 20
25/03/13
Terreur et tourment
HURLEMENT
 
HURLEMENT nous avait plus qu'agréablement surpris avec son premier album, De Sang Et d'Acier. La qualité des compositions, le chant si particulier d'Alexis ROY-PETIT nous replongeait une nouvelle fois dans ce revival 80's qui semble ne jamais vouloir cesser.

C'est donc avec une certaine impatience que les amateurs de ce Heavy Metal de haute voltige attendaient un successeur. Terreur Et Tourment arrive enfin pour combler ce manque. "Enfin", car les presque 4 ans qui séparent les deux albums ont vu Alexis rejoindre feu EVIL ONE, bientôt suivi du bassiste LE GORG qui s'est ensuite lancé dans l'aventure toute fraîche THRASHBACK, fondé avec Speed et Freddy, respectivement batteur et guitariste de EVIL ONE. Vous suivez l'histoire de famille ?

Pour ne rien vous faciliter, l'esprit de famille hante cet album. On ira lorgner sans complexe du côté des cousins d'ADX, dont on peut noter plusieurs similitudes :

a - Le titre même de ce Terreur Et Tourment n'est pas sans rappeler un certain Tourmente et Passion...
b - L'album a été enregistré au studio Walnut Groove par Alex WURSTON qui s'occupe également d'ADX
c- Un des morceaux est intitulé Dogue De Brocéliande. Besoin d'en dire plus ?

On arrêtera là les comparaisons, aussi flatteuses soient-elles ! Et parlons donc un peu de ce Terreur et Tourment superbement illustré par Jean-Pascal FOURNIER.

HURLEMENT reste profondément attaché à son style, et c'est tant mieux. Un style Heavy, héroïque, épique même (le morceau titre jongle avec les 9') qui puise dans ces glorieuses années 80. Les amateurs de cette époque ne seront pas déboussolés, bien au contraire. La voix d'Alexis, ici rebaptisé Alexis WAR-NABOT (je reviendrai aux touches d'humour) est toujours aussi puissante et le bougre sait y faire quand il faut monter dans les aigus ou devenir agressif, parfaitement accompagné par LE GORG et Pierre PORTE (basse et batterie) qui construisent une structure rythmique autour de laquelle François PORTE tisse ses riffs de guitare d'une belle efficacité. C'est bien là, sans doute, le principal défaut de cet album dont les morceaux auraient pu être encore plus percutants si l'efficacité de l'ensemble était autre que simplement "belle". Si HURLEMENT avait poussé un tout petit peu plus loin ses compositions pour les rendre redoutables. Les (très) bons moments sont toutefois présents, comme ce Brothers Of The Watch (ne pas traduire par "Frères de la montre", SVP...) au redoutablement simple refrain (We Watch !), ce Prince Noir ou cet Inquisition aux relents de cours d'histoire (comment ça "comme ADX" ???) Et, pour en avoir eu un aperçu lors du PMFF, c'est sur scène que ces titres doivent prendre toute leur ampleur.

Une nouvelle fois, HURLEMENT nous propose la moitié de ses compositions en français, les autres en anglais. Heureusement qu'Alexis manie la langue de Shakespeare aussi bien qu'une pinte de bière fraîche (ou deux, ou trois...) , car ces cinq titres permettent au groupe de pouvoir plus facilement encore s'exporter.

Et ceux qui se procureront le CD auront en plus le bonheur de découvrir un rare livret bourré d'humour et de clins d'oeil : la création du HURLEMENT Bust patrol (attention : le règlement est à lire impérativement) n'est qu'un exemple parmi d'autres.

HURLEMENT revient donc comme il nous avait laissé : avec un album de Metal typique comme on l'aime et surtout avec cet esprit un peu "je m'enfoutiste" et cet humour qui en font un groupe à part. Ils ont trouvé leur identité musicale, et ça, c'est assez rare pour qu'on le remarque. A quand la scène ?
metalmp
Date de publication : lundi 25 mars 2013