17 / 20
14/03/13
Decades of despair
FAITH
 
La genèse de ce groupe de Doom suédois remonte tout de même à 1984, alors même que le premier album, Salvation Lies Within, n’est paru qu’en 2003. Heureusement, la formation a depuis lors pris un honorable rythme de croisière avec des sorties un peu plus régulières (selon un tempo Doom, c’est-à-dire assez lent) : Sorg en 2005, Blessed ? (2008) et Decades Of Despair en 2013.

Depuis ses lointains débuts, FAITH est demeuré fidèle au Doom Metal dans sa version épique et mélodique. Clairement, les convertis à CANDLEMASS, SOLITUDE AETURNUS, WHILE HEAVEN WEPT, CRIMSON GARDEN et COUNT RAVEN se rueront les yeux fermés sur Decades Of Despair. Ils y trouveront en effet une splendide alchimie entre un tempo général lent, des rythmiques lourdes, des soli mélodiques, des riffs d’airain et un chant parfaitement modulé (en dépit d’une élocution parfois déroutante). Les titres les plus courts (plus de six minutes tout de même !) comme Ashes To Ashes et Marion Crane possèdent une efficacité certaine.

Evidemment, FAITH s’épanouit dans les formats longs, avec cependant des approches différenciées selon les titres. Ainsi, le titre d’ouverture, Decades Of Despair, déroule pendant plus de onze minutes des variations sur le même thème musical, écrasant et lugubre. En revanche, le quart d’heure que dure Codex Dei est davantage riche en rupture de thèmes et en contrastes : les passages acoustiques (et narratifs) alternent avec des falaises de riffs.

D’une manière générale, FAITH possède un réel talent pour truffer ses compositions d’arrangements pertinents, mélodiques, jamais envahissants. Par contre, la reprise piano et voix claire du What A Wonderful World de Louis ARMSTRONG se révèle d’une grande banalité : le groupe aurait pu tenter un traitement Doom plus audacieux plutôt que d’opter pour la piste piano bar !

Hormis cette faute de goût, FAITH vient de réaliser un excellent album de Doom mélodique.
Alain
Date de publication : jeudi 14 mars 2013