17 / 20
15/05/13
Ep#1
BLONDSTONE
 
EP#1, proposé par BLONDSTONE, ne constitue pas le premier fait d’armes de ses auteurs : Alex (guitare et chant) et Nico (basse) ont d’abord sillonné la région nancéienne, dont ils sont originaires, au sein du combo Garage Rock FRENCH KISS. Pour le chapitre suivant, qui débute en 2011, les musiciens s’adjoignent les services de Pierre (batterie), formant cette fois-ci un power trio aux influences Stoner. Paru en 2012, cet enregistrement inaugural bénéficie d’un artwork réalisé par Paul BANON, bassiste d’un autre groupe lorrain, BLOODY MARY, qui signe la même année le remarqué Shoot Me.

Sur EP#1, il est effectivement souvent question de Stoner. Ces influences, fondamentales chez BLONDSTONE, se manifestent sur tout l’album, de la rythmique fiévreuse de Rare & Strong au riff ténébreux autour duquel est construit Lazy. Le final de Hard To Remove, psychédélique - et, pour tout dire, quelque peu « barré » ! - relève lui aussi clairement du Desert Rock. Quant à Shoulder To Cry On, ses refrains convoquent l’un des maîtres du genre, QUEENS OF THE STONE AGE.

De manière générale, la musique du trio est marquée par une certaine lourdeur, résultant fréquemment du jeu de la basse, rampante (Lazy) voire omniprésente (Hard To Remove). Dans le même ordre d’idées, on évoquera la batterie tribale caractérisant Shoulder To Cry On. Les refrains de Shoot Shoot Shoot viennent suggérer un rapprochement avec BLACK SABBATH, référence qui n’est jamais loin quand on aborde le Stoner. Ces différents traits ne sauraient exclure un caractère mélodique certain, tenant notamment à des parties vocales fort réussies (Rare & Strong, Lazy). En somme, un EP très agréable, qui fait l’objet d’un Spring Tour à l’occasion duquel le groupe s’arrêtera au Brin de Zinc le 17 mai : Métal Intégral répondra présent !
Chouman
Date de publication : mercredi 15 mai 2013