18 / 20
08/09/13
Live at metalworks
Dave MARTONE / Glen DROVER
 
Historique et faits d'armes :

2008 : Dave MARTONE signe son album instrumental Clean sur le label MAGNA CARTA (chronique : cliquez ici).

2011 : Glen DROVER signe son album instrumental Metalusion sur le label MAGNA CARTA (chronique : cliquez ici).

2011, le 25 septembre : MAGNA CARTA réunit les 2 guitaristes d'origine canadienne aux studios Metalworks dans l'Ontario :
Dave MARTONE, accompagné de David SPIDEL (basse) et Gary GRACE (batterie, remplaçant le batteur de NICKELBACK Daniel ADAIR, présent sur l'album Clean) délivrent un set de 46 minutes, composé de 7 titres.
Glen DROVER, accompagné de Jim GILMOUR (claviers), Paul YEE (basse) et Chris SUTHERLAND (batterie) délivrent un set de 40 minutes, composé de 8 titres.
Ces 2 sets sont alors filmés, enregistrés et retransmis en direct sur internet, en streaming. Et sont vus par quelques 25 000 adeptes, dans 63 pays. Belle performance technique !

2013, le 10 septembre : MAGNA CARTA édite, sous la forme d'un CD / DVD en édition limitée, cette retransmission. Live At Metalworks, filmé sans effets particuliers ni esbroufes quelconques (cadrages simples, éclairages sobres...), nous permet tout de même d'apprécier les plans serrés sur les doigts voltigeant le long des manches des guitares. Une galerie photos et une vidéo de cette aventure sont proposées en bonus.

Bizarrement, le DVD est proposé en tant que bonus. C'est pourtant sur celui-ci que je me suis penché en premier...(le CD est la réplique audio du DVD, contenant un titre de moins (Don't Let the World Pass By You) par rapport au set de Glen DROVER)... Et qui m'a inspiré la chronique que vous lisez actuellement assidûment...

Le set de Dave MARTONE, David SPIDEL et Gary GRACE est plein d'énergie et de feeling, la technique de jeu de chacun ne freinant aucunement leur spontanéité. A l'aise sur cette petite scène, le power trio libère un enthousiasme Rock'N Roll communicatif lors des ces 7 compositions mélodiques aux forts accents Metal. 4 sont issues de l'album Clean : The Goodie Squiggee Song, la très rythmée Bossa Dorada, Angel Fish et Dinky Pinky. The Devil Went Down To Georgia est une reprise du Charlie Daniels Band, où Dave se fait narrateur. Got Da Blues est, comme son nom l'indique, un Blues poignant, où Dave se fait discret pour laisser le bassiste et le batteur s'épancher sur leurs instruments. Glen DROVER rejoint le trio pour la reprise organique (orgasmique ?!) de Crush Of Love de Joe SATRIANI en conclusion de ce set magistral. 3 titres bonus nous sont offerts : le sublime Attack Of The Celery Crunchers et son passage électro. Funky, Playing Between The Molecules Of Time et Tone Of Darkness.

Tout aussi technique et énergique, le set de Glen DROVER, Jim GILMOUR, Paul YEE et Chris SUTHERLAND est quelque peu moins spontané. Cela est peut-être dû à un style musical requérant une certaine concentration, une rigueur d'écriture plus ferme. Je ne fais que proposer ici une hypothèse ! Notons aussi l'attitude de Glen, plus réservée, fermée voire ténébreuse que celle de Dave. Délaissant l'approche Jazz Rock Fusion de l'album Metalusion, les 8 compositions sont plutôt (re)centrées autour d'un Metal progressif aux atours Rock Progressif. Frozen Dream, Illusions Of Starlight, Don't Let The World Pass By You, Colors Of Infinity, Filthy Habits, Ascension, Ground Zero (magistrale composition !) sont 7 compositions issues de l'album Metalusion. De la même façon, c'est avec une reprise que les 5 musiciens clôt leur prestation, Glen invitant Dave : la puissante Symphony Of Destruction de MEGADEATH, où les passes d'armes entre guitares et claviers sont brillantes et pétulantes, et où Glen introduit quelques lignes de chant. 1 seul titre bonus ici : Mirage, lui aussi issu de l'album Metalusion.

En studio sur album ou en live, les compositions de Dave MARTONE et Glen DROVER, d'une grande richesse technique, variées, inspirées et captivantes, ne versent jamais dans une forme de nombrilisme, de démonstrations ou prouesses stériles et éreintantes. Ce "guitares en fête" Live At Metalworks est accessible à tous, et pour notre plus grand plaisir !


Ben
Date de publication : dimanche 8 septembre 2013