Français  
Accueil    Boutique    Association    Liens    Livre d'or    Contacts 
Login: Passe:
 
S'inscrire gratuitement
Votre panier est vide
0 article
Valider votre panier
Chronique
STRANA OFFICINA - Strana officina

Style : 80's & 90's Re-releases
Support :  MP3 - Année : 2014
Provenance du disque : Reçu du label
8titre(s) - 43minute(s)

Site(s) Internet : 
STRANA OFFICINA FACEBOOK

 (15/20)

Auteur : Alain
Date de publication : 17/07/14
Metal italien 80's
Le label italien Jolly Roger réédite plusieurs albums de la formation transalpine STRANA OFFICINA dans des formats augmentés. Initialement paru en 1984 sous forme d'un EP quatre titres, cette première œuvre est dans le cas présent enrichi de deux titres tirés d'une démo de 1982, d'un titre de 1985 et d'un morceau live de 1983 : idéal pour retracer les débuts de cette formation entièrement dévouée au Heavy Metal chanté dans la langue de Verdi.

Le titre d'ouverture, Viaggio In Inghilterra, démontre l'influence indéniable de JUDAS PRIEST par son format nerveux, avec riffs secs et passages de relais de solos mélodiques ; on évolue en terrain très balisé et efficace. Les trois autres compositions originelles ouvrent par contre d'autres horizons. Ainsi, les sept minutes de Autostrada Dei Sogni s'apparente à une ballade Heavy dans la lignée de Beyond The Realms Of Death de JUDAS PRIEST ou de Strange World de IRON MAIDEN. Durant huit longues (et bonnes) minutes, Luna Nera déploie lentement une atmosphère trouble à base de riffs rampants, de motifs mélodiques en boucle et de trouées tout aussi mélodiques qui aèrent l'ensemble. Inévitablement, une montée en pression se produit, procédé classique mais manié avec à propos. Ce titre me rappelle davantage les morceaux les plus atmosphériques et nuancés proposés au début des années 80 par GILLAN (le groupe). Pour clore le répertoire du EP d'origine, Piccolo Uccello Bianco alterne passages relativement enlevés et velléités plus mélodiques ; on relèvera notamment de superbes solos de guitare.

Les deux titres de la démo de 1982 sont nettement plus basiques, quoiqu'efficaces dans le style JUDAS PRIEST. Avec son ouverture à la guitare déchirée par un effet wah wah, le titre éponyme de 1985 étonne par ses références à Jimi HENDRIX qui cèdent ensuite la place à un registre offensif, rapide et très Metal. La qualité sonore de Guerra Triste en version live est par contre sujette à caution.

Au total, les archéologues du Heavy Metal traditionnel trouveront de quoi se régaler avec cette réédition d'une formation foncièrement honnête et attachante.
COMMENTAIRES DES LECTEURS Vos commentaires, vos remarques, vos impressions sur la chronique et sur l'album
Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut être inscrit en tant que membre et s'être identifié (Gratuit) Devenir membre de METAL INTEGRAL
Personne n'a encore commenté cette chronique.
BOUTIQUE METAL INTEGRAL
Achetez ces articles dans notre boutique :

 Actions possibles sur la chronique
Enregistrer la chronique au format .PDF
Afficher la version imprimable de la chronique
Envoyer la chronique par email
Ecrire un commentaire
Poser une question sur la chronique
Signaler une erreur
Chroniques du même style
PAUL CHAIN
Ash
BLACK ANGELS
Black & white
TARAMIS
Queen of thieves
LYIN RAMPANT
Up and comin'
ROBYN DANGER
Anthology
Chroniques du même auteur
PHARAOH
Bury the light
CHABTAN
The kiss of coatlicue
LEATHÜRBITCH
Leathürbitch
BUFFALO
Dead forever...
KARNYA
Coverin' thoughts
© www.metal-integral.com v2.5 / Planète Music Association (loi 1901) /  Conditions générales de vente