17 / 20
18/10/14
In the hands of the betrayer
NORTHERN CROWN
 
Pour ses débuts, le combo floridien NORTHERN CROWN n'a pas choisi la facilité puisqu'il officie dans le domaine du Doom Metal lyrique et mélancolique, celui qui fut défini par CANDLEMASS dans les années 80. Au programme, trois compositions originales (plus une longue introduction) et une reprise.

To Thee I Give An Orchid est une longue pièce de onze minutes qui déroule lentement ses méandres, dans une atmosphère mélancolique de toute beauté. La sévérité des riffs et l'austérité des ambiances est contrebalancée par de fort judicieux arrangements de claviers (façon orgue d'église) et par le chant posé, mélodique et majestueux de Frank SERAFINE. On évolue à mi-chemin de SOLITUDE AETURNUS et WHILE HEAVEN WEPT. A Perfectly Realized Torment reprend peu ou prou la même formule lente et digne. Par contre, In The Hands Of The Betrayer s'avère plus concis, plus rapide et plus percutant : classique mais diablement efficace. Avec ces trois compositions, NORTHERN CROWN montre de très prometteuses dispositions et nous rend impatient dans l'attente d'un album.

Terminons avec la reprise du Crystal Ball de CANDLEMASS, à la fois fidèle et rehaussée d'aménagements personnels. Reprendre un tel monument est a priori franchement casse gueule et NORTHERN CROWN s'en sort très bien. Preuve supplémentaire qu'un espoir certain vient de faire son apparition.
Alain
Date de publication : samedi 18 octobre 2014