15 / 20
24/10/14
American hollow
BASK
 
On est souvent le fruit d'un terroir : ce qui est valable pour le vin, la viande, la littérature... l'est bien entendu de la musique. BASK n'échappe pas à cet adage tant leur premier album brasse des influences et des traditions musicales diverses, finalement assez raccord avec ce que l'on s'imagine de la Caroline du Nord. La biographie parle de Stoner Rock et de Post Rock mais le registre de BASK est bien plus vaste.

Certes, BASK pratique par moments des rythmiques épaisses et grondantes mais, après tout, le Rock n'a pas attendu le Stoner pour cela (Neil YOUNG et son CRAZY HORSE le faisaient très bien dès les années 70!). Dans les morceaux les plus intenses (High Mountain Pass et Land Of The Sky notamment), on penserait plutôt à MASTODON ou à BARONESS. Surtout, certains vocaux caverneux et déchirés rappellent la marque créée au siècle dernier par NEUROSIS ; dans ces moments-là, toute la douleur du monde semble vouloir déchirer le gosier émetteur.

Quant au Post Rock, il y a certes un goût certain quoique mesuré par la dissonance des guitares mais j'y vois davantage un relent psychédélique de bon aloi et une appétence pour les langueurs lourdes d'un certain Rock indépendant ; certains groupes Grunge maniaient très bien cet alliage d'électricité et de mélodies troubles. Pas mal de passages portent une sorte de lyrisme qui semble traduire le passage d'une certaine tristesse à la sérénité, comme si la noirceur colérique des moments les plus agressifs se fondait en énergie pastorale positive.

L'héritage de la Caroline du Nord s'impose via une facette plus inattendue mais pas contradictoire : l'Americana (mélange de Folk et de Country). C'est particulièrement flagrant sur le A Man's Worth qui s'apparente en plus dépouillé au Simple Man de LYNYRD SKYNYRD.

A partir de ce premier opus réussi, de nombreuses pistes d'évolution s'offrent à BASK et on a hâte de découvrir quelles pistes le quatuor explorera à l'avenir.
Alain
Date de publication : vendredi 24 octobre 2014