14 / 20
11/01/15
Out of the abyss
MANILLA ROAD
 
Ma période préférée concernant MANILLA ROAD couvre trois albums parus de 1983 à 1986 : Crystal Logic, Open The Gates et The Deluge. Avec Mystification (1987), le groupe intégrait assez maladroitement des éléments Thrash et durcissait notablement le ton sur certains morceaux. Out Of The Abyss (paru à l'origine en 1988 et ici réédité par Shadow Kingdom) confirmait, voire amplifiait le mouvement.

Certaines compositions s'avèrent absolument excellentes quand le groupe parvient à combiner ses anciens penchants mélodiques et épiques avec ses récentes tendances plus agressives. Ainsi, Helicon est une petite merveille où le chant calme et altier plane sur des arpèges ensorcelants, le tout culminant avec une explosion de puissance. Return Of The Old Ones reprenait aussi cette alternance de calme inquiétant et de poussées d'adrénaline. Il y a également War In Heaven, mid tempo puissant qui, après un beau début sous forme de ballade, muscle nettement le jeu à mi-chemin pour aboutir à un tir de barrage bien Heavy, avec en prime des montées du chant de Mark SHELTON dans les aigus dignes de Rob HALFORD. Sombre et tendu, lui aussi pourvu de percées vocales aiguës évoquant cette fois KING DIAMOND, Rites Of Blood crée une ambiance malsaine.

A l'inverse, les riffs en cavalcade et les tempos échevelés de Slaughterhouse, Black Cauldron, Out Of The Abyss, Midnight Meat Train souffraient déjà à l'époque de la comparaison avec les locomotives Speed et Thrash. Pas forcément mauvais, ils donnaient juste l'impression d'un groupe un peu amateur dans ce registre. Le titre le plus long de l'album, Whitechapel (plus de sept minutes), compensait les moments frénétiques un peu maladroits par une structure presque progressive, riche en séquences contrastées.
Alain
Date de publication : dimanche 11 janvier 2015