15 / 20
29/10/15
The judas table
ANTIMATTER
 
Si ce sixième album de ANTIMATTER rencontrait un succès public conséquent, ce ne serait que justice. Non pas que Mick MOSS, le chanteur et guitariste incarnant cette entité, ait baissé pavillon pour adopter je ne sais quels codes facilement admissibles par le grand public. L'intégrité du bonhomme est reconnue de tous. Mais force est de constater que The Judas Table synthétise tous les éléments constitutifs de la discographie de ANTIMATTER pour les proposer sous forme quasiment parfaite.

En premier lieu, MOSS demeure fidèle à une inspiration personnelle et sombre puisque les textes des compositions de The Judas Table tournent autour de l'idée de trahison dans les relations humaines. Pour porter cette dimension intime, la trame des morceaux demeure la même, à savoir une guitare acoustique et la voix de MOSS, profonde, douce, animée par un vibrato porteur de pathos.
Si certains titres demeurent dans cette configuration dépouillée, à peine rehaussés d'arrangements de claviers, d'autres s'enrichissent d'orchestrations plus directes, plus épaisses, plus Rock en somme. Attention, il ne s'agit pas du versant rageur et conquérant du Rock, bien évidemment sa face sombre et subtile, introvertie et torturée. Une section rythmique toute en nuances délivre un gain de puissance quand nécessaire et concourt au lyrisme relatif de certains passages. On relève en outre des arrangements électroniques qui dénotent un goût certain pour les sonorités issues du début des années 80. Des voix féminines complètent occasionnellement les partitions désabusées et tristes de la voix de MOSS, des nappes de claviers achevant de planter une atmosphère profondément mélancolique.

The Judas Table ne propose pas d'évolution majeure dans l'alchimie délicate échafaudée par Mick MOSS au fil de la discographie de ANTIMATTER. Pour autant, il s'agit d'une œuvre cohérente et forte dans laquelle un artiste se met à nu de fort belle manière.

Avant-goût de l'album ici : cliquez ici
Alain
Date de publication : jeudi 29 octobre 2015