14 / 20
22/11/15
Betsy
BETSY
 
Dans la première moitié des années 80, le Hard Rock et le Heavy Metal ont le vent en poupe aux Etats-Unis, des milliers de formations se sentant du coup pousser des ailes. Eternel dilemme : comment se démarquer de ces hordes métalliques ? En jouant à fond sur la provocation et concomitamment sur la plastique de la chanteuse Betsy WEISS. Le combo BITCH (élégant, non ?) se fait connaître par un mini-album cinq titres Damnation Alley en 1982, suivi l'année suivante par l'album Be My Slave. Le groupe fait parler de lui davantage à cause du look sado-maso de sa chanteuse et de ses paroles sexistes que grâce aux qualités de ce Hard Heavy très convenu. En 1987, le groupe lâche un troisième album, délicatement baptisé The Bitch Is Back, sans que la popularité de la formation augmente de façon significative.

Sentant l'impasse dans laquelle il s'est engagé, le groupe ne tarde pas à se rebaptiser BETSY, sa chanteuse adoptant un look plus pondéré, à défaut de s'approcher de la zone de bon goût. 1988 vit la parution de cet album éponyme sur Metal Blade, aujourd'hui réédité par Divebomb records. Belle réédition, comme d'habitude avec ce label : livret avec interview de Betsy, photographies, textes des chansons, article, reproductions de chroniques d'époque, deux titres bonus...

Au moment de sa parution, Betsy avait déçu certains fans de la première heure et n'avait pas forcément significativement élargi le panel des acheteurs. Pourtant, le groupe avait pris soin de procéder avec méthode. On trouve en effet des titres représentatifs d'un Heavy Metal classique, dont les fonceurs Stand Up For Rock et The Devil Made You Do It, d'un Hard Rock carré et basique (Sunset Strut, Rock'n'Roll Musician, You Want It You Got It, Cold Shot To The Heart, Get Out)
Il y a également des compositions se situant dans un registre plus Hard mélodique comme le mid-tempo Flesh And Blood, la ballade Turn You Inside Out, le nerveux What Am I Gonna Do With You.

Dans les deux cas de figure, le problème du groupe relevait d'une capacité de composition somme toute trop classique, bien que l'interprétation ait été solide et la production fort correcte. Il était difficile dans ces conditions de se démarquer du reste de la scène. En fait, l'atout principal de cet album est la qualité de la voix de Betsy : ample, puissante, chaleureuse, un brin nasillard, parfaitement modulée et expressive. Par moments, la dame était au niveau d'une Pat BENATAR, c'est dire ! Pour le coup, il est dommage que le groupe se soit séparé après la sortie de cet album car le potentiel d'évolution de cette chanteuse était palpable.

Rétrospectivement, on peut même se dire que la qualité de son chant aurait sûrement suffi d'entrée de jeu et que la mise en scène ultra-sexiste aurait pu être évitée et ne pas piéger le groupe. Dommage... Inexplicablement, le groupe retourna en 1989 à l'appellation BITCH pour un dernier mini-album six titres, A Rose By Any Other Name : en vain !

Turn You Inside Out : cliquez ici
Alain
Date de publication : dimanche 22 novembre 2015