15 / 20
19/12/15
Enfant de la nuit
IXION
 
IXION (à ne pas confondre avec son homonyme prédécesseur français des années 80) a recueilli un estimable succès critique avec To The Void, son premier album sorti en 2011 chez Avantgarde Music. Désormais hébergé chez Finisterian Dead End, le trio publie Enfant De La Nuit, tout en travaillant d'ores et déjà sur un troisième album.

J'avais apprécié To The Void et, avec Enfant De La Nuit, le charme opère à nouveau. Débutons les compliments par la production, dont la limpidité n'empêche pas la puissance. Du point de vue du style, IXION s'abreuve à plusieurs sources pour alimenter son Doom Metal atmosphérique. On pourra citer le Doom Death à la MY DYING BRIDE, le Doom Death gothique à la CREMATORY, voire TIAMAT dans sa période Clouds et Wildhoney. Bref, tout ce somptueux bouillonnement créatif qui enchanta le Metal underground au début des années 90.
Sur des tempos lents fortement marqués par une batterie par ailleurs suffisamment mobile pour éviter l'ennui, des riffs simples se mêlent à des nappes de claviers au sonorités vintage renvoyant aux années 80 et 90, avec une recherche constante de mélodies poignantes. A la clé, les ambiances empreintes de mélancolie ou porteuses d'une majesté presque emphatique par instants élèvent ce Doom qui, du coup, combine à merveille lourdeur et apesanteur.

Paradoxe fructueux que l'on retrouve dans le registre vocal qui se répartit grosso modo en trois tiers inégaux. Le registre majoritaire relève du grondement caverneux typiquement Death Metal, suffisamment varié pour compenser un certain classicisme. Viennent ensuite des parties en chant clair, pas toujours complètement maîtrisées mais qui parviennent à faire mouche par le biais d'harmonies collant bien aux atmosphères. Enfin, de temps à autre, des vocaux écorchés et douloureux ajoutent une touche Black Metal bienvenue.

IXION possède certes encore une marge de progression mais met dès à présent en œuvre des capacités qui incitent à attendre avec bienveillance la suite de sa discographie.

Vidéo ici : cliquez ici
Alain
Date de publication : samedi 19 décembre 2015