17 / 20
27/12/15
Phase inversion
INNERCHAOS
 
Après Neopolis (2002), Different Stories (2005), Instant Replay (2007) et Cenote (2010), Phase Inversion est donc le 5ème album d’INNERCHAOS, power trio français emmené par Bertrand DRECOURT (chant / guitare), Bruno GADIOT (batterie) et Olivier DEFIVES (basse).
Les trois musiciens ont mis en commun leurs solides ressources techniques et leurs influences, qu’ils ont chacun éclectiques (du Funk des 70’s, POLICE, Sting, EZ3KIEL, Phil COLLINS à TOOL, PANTERA, RUSH, Joe SATRIANI, LED ZEPPELIN…), pour nous façonner un album doté de 11 compositions homogènes et harmonieuses. Phase Inversion trouve un juste équilibre entre prouesse technique pointue et fluidité, papillonnant entre Heavy / Metal Progressif, Rock et un groove plantureux mais non moins délicieux. RUSH, DREAM THEATER, mais aussi LEP ZEPPELIN, pour ne citer que ces illustres références, sont bien souvent un tremplin, un pied d’appel qui permet à la musique d’INNERCHAOS de prendre son envol, tout en gardant son plan de vol tout à fait personnel. Et ne perdant jamais de vue son horizon mélodique, qui se dévoile, se découvre au fur et à mesure des écoutes répétées. Autoproduit, cet album est servi par un son excellent, me semble-t’il quelque peu « cru », où chaque instrument est audible. La précision de la batterie et le groove de la basse se fondent le plus souvent dans des ambiances progressives Heavy / Metal, sans jamais forcer le trait ni tomber dans la surenchère d’artifices techniques austères. Le tempo est plutôt modéré, appliqué. Le développement de chaque composition prend son temps (The Wall Of Sleep, Fly Away, Uchrony), parcouru parfois d’accélérations, de pulsions vigoureuses (Upside Down, le final de Please, Souleater, les plus de 9 minutes de Seven Steps). La guitare explore différents sons, les superposant fréquemment, en totale osmose avec la rythmique. Les quelques soli sont concis et efficaces. Et l’influence de Joe SATRIANI se fait irrésistiblement sentir sur les 3 compositions instrumentales (Phase Inversion, Seeds Of Schizophrenia et l’énergique Sweet Surrender). Le chant, si tout à fait maîtrisé, propre, sans débordement, manque toutefois à mes oreilles quelque peu d’aspérité, de volume, se faisant un brin linéaire sur la longueur de l’album. C’est là mon ressenti personnel, qui cependant ne m’empêche absolument pas d’apprécier les 48 minutes de ce 5ème album, réussi, intelligemment écrit et interprété avec brio.

A Thousand Miles Away vidéo : cliquez ici

Phase Inversion :
01 : A Thousand Miles Away – 02 : The Wall Of Sleep – 03 : Fly Away – 04 : Phase Inversion – 05 : Please – 06 : Upside Down – 07 : Seeds Of Schizophrenia – 08 : Uchrony – 09 : Souleater – 10 : Sweet Surrender – 11 : Seven Steps



Ben
Date de publication : dimanche 27 décembre 2015