18 / 20
24/02/16
Sittin' heavy
MONSTER TRUCK
 
Quand en 2013 MONSTER TRUCK sortit son premier album, Furiosity, il n'est pas certain que le groupe s'attendait à accéder à la notoriété. Pourvu d'un pochette infecte et publié sur un petit label, Furiosity nous avait totalement conquis (la preuve ici : cliquez ici) et nous ne fûmes pas les seuls puisque Slash en personne décida de les prendre en première partie de ses CONSPIRATORS. Quand on joue un Hard Rock de tradition, peut-on rêver d'un meilleur adoubement ?

Le fait est que les paramètres ont évolué pour le groupe et, propulsé par un label indépendant solide et crédible, Sittin' Heavy est désormais attendu par les médias spécialisés et par des fans fraîchement conquis. Tuons le suspense, Sittin' Heavy s'impose comme le digne successeur de Furiosity, MONSTER TRUCK n'ayant rien renié de son approche initiale, à savoir pratiquer un Hard Rock simple, direct, mélodique, vivifiant.
Depuis les années 70, la formule est connue. Guitares, basse, batterie, chant nasal et un peu rauque, quelques chaleureux arrangements d'orgue pour faire bonne figure et vous envoyez la sauce sans fioritures, sans prise de tête. En ouverture d'album, Why Are You Not Rockin' ? vous saute à la gorge : sur un tempo rapide et un rythme haché, les riffs et la rythmique sont propulsés de manière compacte et irrésistible, le chant vindicatif achevant de tout bousculer. Plus loin dans l'album, New Soul se charge de nous secouer avec une maestria similaire.

Plus pondérés quant au tempo, She's A Witch, Things Get Better, To The Flame, Don't tell Me How To Live (voir la vidéo ici : cliquez ici) prouvent que l'on peut combiner la lourdeur intraitable et les riffs incisifs avec une manière de groove pesant (gros son de basse !) et surtout avec de fort belles harmonies vocales.

Plus léger, enrichi de flaveurs sudistes et porté par des harmonies vocales splendides, For The People a tout du tube joyeux et irrésistible. Avec son rythme martelé et ses choeurs repris à plein poumons (d'où un petit côté Glam Rock à la SLADE), The Enforcer est taillé pour la bonne humeur et la scène.
Par contre, la ballade Heavy Black Forest est une splendeur sur laquelle le chant de Jeremy WIDERMAN porte des émotions mélancoliques, avec toute l'épaisseur Soul d'un Paul RODGERS.
Another Man's Shoes combine toutes les qualités : passages très intenses alternant avec des moments à la tension toute en retenue, chant Soul rehaussé d'harmonies impeccables... la classe !

En clôture d'album, Enjoy The Time est une sorte de ballade électrique qui chemine entre lourdeur électrique et mélodies aériennes. Ce titre dénote à nouveau un soupçon d'influences sudiste et ne déparerait pas sur un album de BLACKBERRY SMOKE.

Au final, nous avons un album à la fois varié dans ses compositions, direct dans son approche mais riche en arrangements soignés, cohérent dans son interprétation et dans sa production. En somme, quelque chose comme un condensé idéal de Hard Rock.
Alain
Date de publication : mercredi 24 février 2016