18 / 20
12/03/16
Vol. 1
SOON
 
A priori, le groupe de Rock indépendant THE LOVE LANGUAGE évolue à des années-lumière du bruit et de la fureur propres au Metal et à ses nombreux dérivés. Pour autant, deux membres notables de cette sympathique formation - en l'occurrence le chanteur et guitariste Stuart McLAMB et le batteur Thomas SIMPSON - ont monté un projet nettement lié au Metal, et plus précisément au Doom Metal. Appuyés par le bassiste Rob WALSH (du groupe BITTER RESOLVE) et par le guitariste Mark CONNOR (qui officie dans GROHG), les deux complices livrent un premier album extrêmement convaincant car échappant à la plupart des clichés propre au Metal en général, au Doom en particulier, pour en conserver les caractéristiques essentielles et les mêler à des pratiques issues du monde du Rock.

Quand on écoute, certaines rythmiques, on ne peut que saluer le savoir-faire de SOON en matière de Doom. Ainsi, le riff impérial de We Are On Your Side, puissamment appuyé par la section rythmique, aurait pu figurer sur le légendaire Mandylion de THE GATHERING ou sur un album de CANDLEMASS. La trame acoustique de Gold Soul se trouve littéralement propulsée par des riffs gigantesques qui m'évoquent COUNT RAVEN ou le BATHORY de Hammerheart.

Pour autant, SOON sait varier les plaisirs, que ce soit en termes de composition ou d'arrangements.
Seule composition relativement longue (7'27'' au compteur), Datura Stramoniu donne dans le Doom psychédélique, un peu comme si le MONSTER MAGNET de l'époque Dopes To Infinity avait fusionné avec BLACK MOUNTAIN, pour un résultat proprement envoûtant.
Bâtie sur un schéma plus classique, Burning Wood repose sur une rythmique hypnotique et des guitares alternativement acides et massives, avec une approche assez lyrique, un peu comme si THE CULT époque Love avait pratiqué la musculation tout en avalant des champignons magiques.
See You Soon et Glass Hours ressemblent par moments à des charges frontales, violentes et bruitistes, sans jamais rien renier d'un groove lourd.
Mauveine s'inscrit par contre dans une veine magnifique purement Folk. En clôture d'album, le fascinant Rise se déroule pesamment sur un torrent boueux finalement similaire au Drone.

Outre cet art consommé de la composition puissante et variée, SOON se distingue surtout par le chant clair et méticuleusement articulé de Stuart McLAMB qui, avec un sens du grandiose ne versant jamais dans la grandiloquence, charrie des émotions palpables et envoûtantes. Quelque soit sa personnalité, chaque titre est du coup pourvu en mélodies vocales vivaces.

En somme, SOON vient de réussir un véritable coup de maître en mêlant sa culture Rock Indie, Doom Metal et sonorités psychédéliques. Espérons que ce Vol. 1 n'est que le premier de nombreux autres volumes...
Alain
Date de publication : samedi 12 mars 2016