14 / 20
13/09/16
The blackship
MISSINGMILE
 
Cinq gars originaires de Saint Lô, Normandie, mais qui rêvent de paysages arides, de Rock tendu, de longues errances dans le désert. Après tout, si un Lapon a bien le droit de jouer de la musique caribéenne, pourquoi refuser à MISSINGMILE le plaisir de s'ébattre dans le Stoner Rock le plus classique qui soit ?!

Après un EP quatre titres (Skull, paru en 2013) et deux titres publiés en 2015 sur un split avec BRAIN PYRAMID (Orange Juice), le quintette passe un cap avec ces cinq compositions auto produites qui paraissent chez Black Desert records, un label qui a bon goût puisqu'il abrite les magistraux ENLIGHTENED, mais aussi CRAWLING IN SLUDGE, THE GUARDOGS et EL ROYCE.

Dotées d'un son clair et groovy (bien que manquant d'un peu d'épaisseur), ces cinq titres ne s'écartent pas de la doxa du Rock Stoner : gros son de basse, riffs crépitants aux motifs hypnotiques, chant puissant et modulé, batterie à la frappe sèche et souple. Clairement, MISSINGMILE privilégie la clarté dans l'exposition de son propos et développe une approche plutôt simple et directe. Par exemple, le mid tempo bien appuyé Snake Leather Jacket va droit à l'essentiel, à mi-chemin entre QUEENS OF THE STONE AGE et SOUNDGARDEN, tandis que son cousin Gasoline épaissit le propos rythmique sans dévier de sa route. Space Suit Love propose une première partie plus nuancée, plus posée, plus rampante, quand soudain, en plein milieu, le groupe s'énerve et accélère.

En contrepartie, MISSINGMILE se montre plus délicat sur le court Fall Of The Elder, parcouru par des motifs de guitare dépouillés, de discrètes percussions tribales et des motifs vocaux à la limite de la psalmodie.
Et le groupe fait preuve de davantage d'ambition encore au long des neuf minutes de The Past, The Future And The Dark Waves Of Time qui voient se succéder des séquences assez contrastées : début lourd et haché, puis longue séquence plus nuancée, et ainsi de suite. On saluera tout particulièrement un splendide solo de guitare, simple mais intense, qui conduit à un final envoûtant.

Clairement, MISSINGMILE montre sa maîtrise du répertoire Stoner classique mais ouvre la porte à un répertoire plus aventureux qui lui sied à merveille. Prochaine étape : l'album.
Alain
Date de publication : mardi 13 septembre 2016