16 / 20
26/11/16
Hidden sides
LOST OPERA
 
Formé en 2007 du côté d’Evreux (Eure), LOST OPERA est composé à ce jour par Loïc (chant), Julien (batterie), Raphaël (basse), Stéphane (claviers) et Sven (guitares). Lucia FERREIRA (ALKENTRA) et Pascale viennent prêter leur concours vocal sur 2 titres. Hidden Sides est leur second album, après Alchemy Of Quintessence (2011). 2 précédents EPs enrichissent la discographie du groupe : Luzibel et Xenocide. L’artwork de Biago D’Alexandro est soigné (et me rappelle un tant soit peu celui d’Alice & June d’INDOCHINE).

Les 12 compositions, autoproduites de belle manière, de ce concept album entrecroisent, superposent un metal symphonique mélodique, avec la frange la plus accessible de death / metal extrême. Tout comme s’invitent à la noce quelques réminiscences metal progressives.
L’album s’ouvre avec The Inquisitor, une pièce instrumentale épico-symphonique mélodique à souhait. Et dont la teneur est répétée quelques compositions plus loin avec The Sinner. Puis Today I Cry nous plonge dans le cœur de l’univers musical de LOST OPERA, la voix claire partageant le chant avec des growls sporadiques. Le propos est symphonique et mélodique. Follow The Signs alterne passages énervés, dynamiques sans être foudroyants, avec un metal moderne et une pincée de symphonique, et plages plus ancrées dans la sérénité. Vient s’ajouter au chant clair (juste, mais avec un accent anglais à la peine…) et typé death une voix masculine d’opéra (entendue de nouveau sur le dernier titre). Les 3 compositions suivantes dessinent quelques arabesques metal progressif, restant cependant fluides et rapides. Rage peut rappeler MYRATH avec sa mélodie et ses ambiances (sons de violons) symphoniques. Le long passage instrumental est ponctué de blasts, renforçant ce sentiment de climat guerrier. Betrayal est rapide, avec en fond sonore un orage très actif, genre « fin du monde ». Les ambiances s’orientent vers NIGHTWISH, MYRATH et THERION. Les claviers font chorus au solo de guitares qui introduit le long passage instrumental. The Lonely Owl s’enrichit de la superbe voix de Lucia, en duo avec la voix claire. May I ? est la composition certainement la plus typée death, alternant vélocité et rythmes syncopés sur le final. Avec son refrain aérien et percutant, ses alternances de tempi, So Wrong est majestueuse, harmonique. Et fait contrepoint avec May I ?. O.P.S. peut se scinder en 2 parties : la première avec un chant death omniprésent, un fond symphonique avec quelques atours progressifs assez théâtraux, et la seconde apaisée, pouvant servir d’introduction à My Silent Hill, magnifique de délicatesse et de rage contenue, déchirante sur son final. Puis The Weight Of The Cross met un terme avec brio à cette épopée batailleuse, avec une certaine emphase dans les choeurs et la mélodie. Le solo de guitare est soyeux. Les claviers et le dynamisme de la rythmique peuvent se rapprocher de Imaginaerum (2011) et Endless Forms Most Beautiful (2015) de NIGHTWISH.

Les caractères metal symphonique dominent tout au long de cette heure, faisant écho somme toute à toutes les formations du genre des années 90-2000. Ils sont largement mis en valeur par une exécution parfaite et solide (un petit bémol cependant ici et là au niveau du chant). Ainsi que par une richesse mélodique exploitée avec chaleur et élégance.

Follow The Signs : cliquez ici

Hidden Sides :
01 : The Inquisitor – 02 : Today I Cry – 03 : Follow The Signs – 04 : Rage – 05 : Betrayal – 06 : The Lonely Owl – 07 : The Sinner – 08 : May I ? – 09 : So Wrong – 10 : OP.S. – 11 : My Silent Hill – 12 : The Weight Of The Cross
Ben
Date de publication : samedi 26 novembre 2016