15 / 20
13/02/17
The law of purity
RHINO
 
Voilà un groupe qui ne cherche pas à travestir son champ d'action : RHINO est un quartette du sud de l'Italie qui revendique sans états d'âme les étiquettes Stoner Rock et Desert Rock. Au fil des dix compositions de ce premier album, on retrouve à foison des rythmiques combinant martèlements de batterie, lignes de basse énormes, très sourdes, et riffs abrasifs. Sans oublier le chant un peu rauque, subtilement écorché et douloureux, rappelant le registre du maître John GARCIA.

En toute sincérité, RHINO coche toutes les cases du registre Stoner, évacuant de facto toute velléité d'innovation, d'effet de surprise ou de prétention avant-gardiste. Cela dit, le groupe ne prétend pas le contraire et semble devoir être jugé sur sa capacité à manier des codes établis par d'autres. De ce point de vue, notre bête à corne transalpine ne défaille pas.

D'une part, ses compositions sont solides, fort efficacement structurées pour que les rythmiques fassent leur plein office de compression. Avec en prime une souci quasi-constant de proposer des contrastes avec des plages ou des arrangements plus posés, plus mélodiques, porteurs d'ambiances nuancées, comme des volutes de fumée si vous voyez ce que je veux dire. Cette spatialisation du son de RHINO permet de le rendre plus aéré et plus dynamique.

D'autre part, l'interprétation des cinq musiciens ne saurait être prise en défaut, les guitares se posant sur cette basse rebondie et épaisse, la batterie en mouvement perpétuel se chargeant de botter le cul de l'ensemble. Dans ce groove bitumineux, une énergie viscérale suinte du chant au taquet qui semble aboyer pour émerger des falaises instrumentales.

RHINO a gagné le droit d'intégrer le convoi bariolé initié par KYUSS, FU MANCHU, NEBULA (première période) et autres LOS NATAS.

Découvrez le titre The Law Of Purity : cliquez ici
Alain
Date de publication : lundi 13 février 2017