18 / 20
18/03/17
Amaryllis
CATCHLIGHT
 
Sous l’entité CATCHLIGHT, Sébastien ARNAUD, guitariste, chanteur, auteur et compositeur originaire de Grenoble, active en 2011 son projet solo musical Amaryllis. Il est vite rejoint par Michael HOLZINGER à la batterie, puis Romain GUIRAMAND aux claviers et Arnaud MICHELET à la guitare. Dernièrement, le bassiste Alexandre BOUTEILLER rejoint le groupe. Tel est le line up actuel, qui a donné corps et âme à ce concept-album Amaryllis, construit autour de 8 compositions autoproduites. Le son est bon, chaud (avec peut être un léger sous-mixage du chant, quelque peu en retrait…).
La première écoute terminée, l’envie est alors irrésistible de se replonger dans ces 44 minutes, pour de nouveau arpenter le metal progressif de Amaryllis et son « héros » Tithon. Et constater que les 8 compositions de ce concept-album, ambitieux, post-apocalyptique, sont efficacement et terriblement homogènes (l’histoire : gouvernée par une intelligence artificielle nommé E.O.S., Amaryllis est le nom de la cité enfouie sous terre qui accueille une partie de l’humanité après une catastrophe. L’autre partie reste à la surface de la terre, s’adapte à son environnement. Dans les laboratoires de la cité, naît l’énigmatique Tithon, être hybride issu des 2 mondes). Le groupe joue avec aisance et pleine justesse sur les contrastes, les ambiances. L’harmonie, l’équilibre entre l’enchaînement de plages énervées et électriques et de passages aériens et sereins sont complets et achevés. Les longs développements instrumentaux sont captivants (comme celui, hypnotique de Chrysalide, mais aussi Amaryllis’ Fall part 1 : E.O.S.). Les mélodies sont accrocheuses, travaillées, l’écriture est fouillée, et la technique est précise et soignée.
Les ambiances, parfois lourdes (Eclosion), quelques fois atmosphériques et planantes (l’intro Prenatal), plus souvent sombres et mélancoliques (Long Night), n’empêchent pas la lumière d’atteindre la musique de CATCHLIGHT. Qui inocule à la fluidité de son metal progressif, avec intelligence et bon goût, des sonorités électro. (Chrysalide et son petit côté DEPECHE MODE sur l’intro.), metal indus. (Criminals), voire death avec quelques growls (heureusement de façon plutôt anecdotique). Sans vraiment employer le terme d’influences, il est acceptable d’évoquer, de penser aux œuvres de TOOL, à l’esthétisme de Steven WILSON et PORCUPINE TREE (la séquence instrumentale de The Awakening par exemple), de CONCEPTION, et pourquoi pas de QUEENSRYCHE, OPETH et ANATHEMA (le conclusif Amaryllis’ Fall part 2 : Imago). Et puis aussi à l’univers de Nicolas CHAPEL et DEMIANS, ainsi que celui de Mathieu MADANI et ANASAZI (Origin(s))… Ce ne sont là que quelques pistes… Car la nature musicale de Amarillys et la démarche artistique du groupe sont profondément personnelles et attachantes. Bravo et merci CATCHLIGHT !

Amaryllis’ Fall part 2 : Imago : cliquez ici

Amaryllis :
01 : Prenatal – 02 : Eclosion – 03 : Long Night – 04 : The Awakening – 05 : Criminals – 06 : Chrysalide – 07 : Amaryllis’ Fall part 1 : E.O.S. – 08 : Amaryllis’ Fall part 2 : Imago
Ben
Date de publication : samedi 18 mars 2017