15 / 20
31/03/17
Beyond Spectra
SATURN
 
Même s'il n'avait pas déchaîné un intérêt massif lors de sa publication en 2014, le premier album du groupe suédois SATURN, Ascending (Live In Space) avait reçu un accueil critique positif. Il m'est avis que son successeur Beyond Spectra ne va pas manquer d'accentuer la notoriété et la reconnaissance du groupe. Comme des centaines de formations depuis quelques années (notamment en Suède !), SATURN se tourne nettement vers le passé pour trouver l'inspiration. En l'occurrence, les bornes temporelles arpentées par le quartette se situent environ entre 1976 et 1982.

SATURN se situe en effet entre le Hard Rock mélodique mais acéré d'un UFO et le Heavy nerveux des premiers temps de JUDAS PRIEST (les albums Sad Wings Of Destiny et Sin After Sin sont de bonnes références). Musicalement, les riffs sont finement découpés, incisifs plutôt qu'épais, les plans de guitares jumelles collés aux lignes de basse apportent du relief dynamique et les solos privilégient autant la mélodie que l’agilité. Sans prétention, le chant demeure clair, avec des intonations un brin nasales et des variations minimes mais efficaces, parfois assez aiguës.

Pour bien se faire une idée du résultat, il faut comprendre que cet héritage du Hard et du Heavy de la seconde moitié des années 70 est traité de manière très directe, sans fioritures, ce qui crée une nouvelle référence à l'approche qui fut celle des groupes de la New Wave Of British Heavy Metal.

Là où certaines formations proposent un écrin très moderne – limpide et puissant – à leur style rétro, SATURN privilégie au contraire un son un poil brumeux, pas forcément techniquement parfait mais vibrant, restituant la vivacité scénique du groupe. Mine de rien, SATURN est parvenu à trouver un équilibre qui lui est propre, quand bien même son répertoire propose peu de surprises par rapport aux préceptes du Hard et du Heavy des 70's d'une part, de la NWOBHM d'autre part. Beyond Spectra s'avère être un album attachant, porteur d'une sincérité indéniable.

Vidéo de Still Young : cliquez ici
Alain
Date de publication : vendredi 31 mars 2017