17 / 20
27/04/17
Den förste
DAUTHA
 
En 2009, le premier album de la formation suédoise GRIFTEGARD, Solemn.Sacred.Severe, nous permettait de fonder des espoirs solides et fervents dans le Doom Metal possédé du groupe (la preuve ici : cliquez ici). Hélas, après quelques formats courts, GRIFTEGARD ne fit jamais paraître son deuxième album. Fort heureusement, le compositeur et guitariste du groupe débandé, Ola BLOMQVIST, fait aujourd'hui sa réapparition discographique avec un format court de deux compositions (plus une introduction) qui redonne espoir. Den Förste est déjà paru en 2016 sous un format CDR, avec un tirage très limité (78 copies faites à la main!). Fort d'une signature sur un label à la qualité reconnue, DAUTHA propose une version remixée de ce premier essai.

Passée l'introduction (guitare acoustique, voix fantomatiques), DAUTHA envoie Benandanti, soit presque sept minutes d'un Doom Metal dans la plus pure filiation des vieux CANDLEMASS et de COUNT RAVEN. Tempo lent, rythmiques tendues et lourdes, riffs graves, chant clair, modulé et évocateur à souhait (excellente performance de Lars PALMQVIST, par ailleurs vocaliste de SCAR SYMMETRY et LAST TEMPTATION) : de la pure et belle tradition pleine de ferveur dramatique, d'un lyrisme lourd. Le petit plus réside d'une part dans la présence d'arrangements de violons au début du titre et d'une accélération épique dans la dernière partie.

In Between Two Floods représente une pièce encore plus imposante, loupant les huit minutes d'une poignée de secondes. La basse intraitable et la batterie lourde au possible, quoique pas avare de mouvements, produisent des rythmiques lancinantes et pesantes. Sur ce canevas granitique, les guitares délivrent des riffs tranchants, entre lesquels une fois de plus un violon vient tisser des trames mélancoliques et poignantes. Conservant une constance dans le tempo (lent, forcément lent), les instrumentistes de DAUTHA créent néanmoins un ensemble intense (irruption efficace de double grosse caisse notamment), animé par une tension dramatique palpable incarnée par le chant puissant, intelligemment doublé par moments.

Le seul défaut de Den Förste réside clairement dans sa trop courte durée car, d'ores et déjà, nous attendons avec une impatience sincère un premier album.
Alain
Date de publication : jeudi 27 avril 2017