17 / 20
06/08/17
Memoria sylvarum
DARKENHÖLD
 
Formé à Nice en 2008 par l'artisan majeur de ARTEFACT), DARKENHÖLD trace son chemin comme bon lui semble, sa discographie comprenant dorénavant quatre albums. Autoproduit, Memoria Sylvarum demeure fidèle à la ligne initiale, à savoir celle-ci d'un Black Metal épique, riche en atmosphères, porté par un concept médiéval (avec des textes en français).

Avec maîtrise et conviction, le groupe met en œuvre les incontournables du Black Metal : riffs de guitares rêches, accélérations, chant vindicatif, oscillant entre l'aigreur et le caverneux. Cependant, on comprend très vite qu'il ne s'agit-là que d'ingrédients parmi d'autres, d'obédience moins strictement Black Metal. C'est ainsi que les guitares assènent des rythmiques bien découpées et tranchantes, autant qu'elles assurent des parties solo mélodiques et complémentaires, inspirées par le meilleur de la tradition Heavy Metal ; sans oublier des passages acoustiques de bon aloi.
De son côté, le batteur ne privilégie pas les blast beats mais sait entretenir une belle intensité à coup de double grosse caisse (la preuve notamment sur Clameur des Falaises). On regrette juste un son de caisse claire un peu trop sec.
Afin de renforcer la dimension épique, le groupe met en place des arrangements de claviers ; même si les sonorités sonnent parfois datées (c'est flagrant sur l'instrumental La Grotte de la Chèvre d'Or), ces interventions enrichissent indéniablement le spectre sonore.

Saluons enfin la capacité qu'a DARKENHÖLD à proposer des compositions assez complexes, riches en séquences aux atmosphères, aux rythmes, aux tempos différents, et pourtant accrocheuses de par une efficacité rythmique certaine et par les nombreuses incises mélodiques. N'allez pas vous méprendre, le groupe ne propose rien d'aussi évident et bombastique que ce que pratique aujourd'hui DIMMU BORGIR, il a su préserver une brume underground qui n'a rien de misérabiliste mais qui respire la conviction. Sur une ligne de crête périlleuse, entre âpreté et ambition, DARKENHÖLD a fort belle allure.

Découvrez Clameur des Falaises : cliquez ici
Alain
Date de publication : dimanche 6 août 2017