15 / 20
11/11/17
The sin and the sentence
TRIVIUM
 
Sur son album précédent Silence In The Snow (2015) TRIVIUM avait laissé le chant hurlé pour un rendu global assez fade et en perte d’inspiration. Matt HEAFY avait notamment perdu confiance en son chant extrême suite à une série de concerts ou il s’était déchiré les cordes vocales. Il a pris des cours de respiration et de chant lui permettant de mieux maitriser son organe, une bonne chose.

The Sin And The Sentence retrouve donc le punch des premières réalisations du groupe Floridien. TRIVIUM a largement muri et je peux affirmer que les premières comparaisons avec METALLICA ne sont plus à l’ordre du jour. Des rythmiques thrash puissantes et des refrains bien accrocheurs aux contours metalcore. Le soli sont toujours bien travaillés à l’instar de celui du morceau titre, le meilleur morceau sans aucun doute. Beaucoup de mélodie dans les guitares de Corey BEAULIEU, c’est flagrant sur Betrayer ou Thrown Into The Fire.

TRIVIUM n’a jamais su conserver ses batteurs et The Sin And The Sentence marque l’arrivée de Alex BENT (BATTLECROSS, DECREPIT BIRTH) derrière les fûts. Et là, je dois dire que c’est la claque! Il éclabousse de tout son talent l’album, que cela soit dans les roulements (Beyond Oblivion) ou dans les parties de double grosse caisse (Betrayer). Une section rythmique bien épaulée par la solide basse de Paolo GREGOLETTO. Je sens que le nouveau batteur prend du plaisir car il a du avoir beaucoup de liberté sur ce huitième disque. Bien joué TRIVIUM !

Les mélodies et parties en chant clair constituent toujours les points forts de la musique de TRIVIUM. Du groove également comme dans The Wretchedness Inside. Le côté moderne provient des éléments metalcore disposés ici à bon escient sans jamais créer d’overdose. Par ses compositions riches et variées, The Sin And The Sentence représente un retour gagnant pour une formation en légère perte de vitesse ces deux dernières années.
NOCTUS
Date de publication : samedi 11 novembre 2017