18 / 20
20/11/17
Shadows remain
BAND OF SPICE
 
Les années 90 ne sont plus qu'un lointain souvenir et certains parmi les jeunes aficionados de Metal n'étaient même pas nés. c'est pourtant dans la première moitié de cette dernière décennie du XXième siècle que furent fondés les SPIRITUAL BEGGARS, en 1994 précisément. A la manœuvre, on trouvait Michael AMOTT à la guitare (ex-CARNAGE, ex-CARCASS, il allait fonder ARCH ENEMY en 1995), Ludwig WITT à la batterie et Spice à la basse et au chant. En l'espace de quatre albums, ils allaient convoquer de nombreuses influences des années 70 pour les fondre dans un creuset plus épais, presque Stoner. Puis, Spice quitta les mendiants et fonda THE MUSHROOM RIVER BAND (qui publia des formats courts et deux très bons albums au début des années 2000), avant de se lancer dans un registre plus Thrash avec KAYSER. En parallèle, il fonda SPICE AND THE RJ BAND qui livra deux albums excellents à la fin de la décennie 2000. Tout en poursuivant KAYSER, Spice se consacre dorénavant à BAND OF SPICE qui a déjà gravé Feel Like Coming Home en 2010 et Economic Dancers en 2015, avant d'accoucher aujourd'hui d'un remarquable Shadows Remain.

Loin de la formule chatoyante mais un peu lisse de ses anciens collègues de SPIRITUAL BEGGARS, Spice a conservé une inspiration vagabonde, variée, une curiosité qui lui permettent de ne pas cantonner sa musique à une resucée du Hard Rock des origines en mode Classic Rock. Le bonhomme peut se permettre d'ouvrir Shadows Remain par un court titre intimiste, du pur Americana (Only One Drink), avant d'enchaîner avec un monument de Metal teigneux et tendu (The Pet). Au fil des treize titres de l'album, Spice et ses compères se frottent au Hard Rock musclé (Coherent Train Of Thought, They Are Around, Give Me A Hint), au Metal burné (The Gap), au presque Funk Metal (Sheaf), au Stoner Metal (The Saviour And The Clown), en passant par des détours hétérodoxes : ambiance lounge et douce sur Apartment 8, bossanova sur Take Me Home, acoustique déprimant sur Apartment 8 (Part II).

Avec une telle diversité, on pourrait se trouver confronté à un effet patchwork assez décousu. heureusement, il n'en est rien, en premier lieu grâce à la maîtrise de l'interprétation, jamais prise en défaut, en second lieu grâce à la cohérence du son général. On finit toujours par retrouver le timbre rauque de Spice, la basse énorme et rugueuse d'Alexander SEKULOVSKI, la frappe sèche mais souple de Bob RUBEN. On soulignera la qualité et la versatilité du jeu de guitare de Spice, tout autant capable de sortir des rythmiques goudronneuses que d'aligner des riffs bien tranchants et des parties ô combien plus mélodiques et subtiles.
Achevons en soulignant la qualité intrinsèque de l'écriture qui, quel que soit le style abordé, ne permet aucune facilité mais préserve toujours une grande lisibilité, avec de solides points de repères, qu'ils soient de nature rythmique ou mélodique.

Shadows Remain est le fruit épicé d'une formation sure de son art, fermement ancrée dans les fondamentaux 70's, tout à fait contemporaine de par la puissance dégagée, prête à toute diversification susceptible de bonifier son Metal.

Vidéo de Don't Bring Me Flowers : cliquez ici
Alain
Date de publication : lundi 20 novembre 2017