15 / 20
09/12/17
From ashes
IAMFIRE
 
Dans la biographie accompagnant son tout premier album, le groupe danois IAMFIRE annonce clairement vouloir s'affranchir des étiquettes mais, histoire de livrer quelques repères, cite quelques noms référentiels, et non des moindres : THE BEATLES, BLACK SABBATH, KYUSS, TOOL. Pas moins... Évidemment, quand on se livre à ce genre d'exercice et que l'on cite des monuments, on prend le risque de paraître prétentieux et d'être jauger à l'aune du talent écrasant des formations citées. Voyons si ce premier album de IAMFIRE justifie cette tétralogie de parrainages...

Débutons par le dernier groupe énoncé, à savoir TOOL. Il y a indéniablement un air de famille puisque les compositions de IAMFIRE oscillent entre six et sept minutes et reposent sur une section rythmique à la fois épaisse et agile et développent des ambiances sombres, tour à tour torturées et colériques. Cette alternance d'ambiances se retrouve dans le chant qui peut se faire rauque ou clair, avec ponctuellement des harmonies, en tout cas constamment expressif et modulé, surfant sur un arrière-plan rythmique particulièrement épais, voire massif.

C'est un fait que les riffs compressés et tordus pourront également plaire aux nostalgiques de KYUSS, même si l'ambiance globalement sombre fait pencher la balance du côté de TOOL. Cela dit, certaines digressions, certains flottements évoquent quelque peu le psychédélisme La référence à BLACK SABBATH ne vaut que de manière très générique, comme pour tout groupe qui use de riffs épais, à la fois efficaces et accrocheurs. Quant aux BEATLES, la citation est plus audacieuse car, même si on ne peut que louer les arrangements précis et constants dans les lignes de chant, on est tout de même loin des joliesses vocales du quartette mythique de Liverpool.

Il est temps d'évacuer ces références finalement plus encombrantes qu'autre chose et de constater la qualité de ce premier album, certes lardé d'influences - qui n'en a pas ?! - mais surtout pourvu de compositions solidement charpentées et animées par une intensité de tous les instants. Si l'on ajoute à ces constats plus qu'encourageants la qualité de la production et du mixage, on se demande pourquoi aucun label n'a pris en charge la réalisation et la sortie de cet album...

Eyes Wide Open : cliquez ici et de Beamer cliquez ici
Alain
Date de publication : samedi 9 décembre 2017