16 / 20
25/12/17
The first hour
CYGNUS
 
Le quartette belge CYGNUS a décidé de prendre son destin en main en autoproduisant son premier EP, riche de quatre compositions. Le nom du groupe (allusion au titre Cygnus X1 Book 2 : Hemispheres de RUSH ?) et l'illustration livrent des indices concordants quant au style pratiqué : il y a du progressif dans l'air ! Effectivement, CYGNUS s'inscrit pleinement dans la veine du Metal progressif mais la priorité absolue n'est ni la complexité outrancière, pas plus que la démonstration technique.

Certes, chacun des musiciens possède un solide bagage technique mais celui-ci est systématiquement mis au service de la musicalité, de la lisibilité et de la mélodie. Certes, la section rythmique frappe fort tout en générant un foisonnement de détails complexes, mais le couple basse-batterie se met complètement au service des compositions, permettant ainsi à la guitare de s'épanouir sans avoir recours aux sempiternels riffs sur compressés, devenus hélas un peu trop systématiques dans le Metal progressif.

La dite guitare peut donc privilégier les interventions solos redoutables de virtuosité maîtrisée, éblouissantes de feeling et d'évidence mélodique. des claviers discrets mais pertinents rehausse encore davantage la dimension mélodique.

Même le chant échappe aux clichés des vocalises montant dans les aigus et prétendant à on ne sait quel lyrisme de bazar. Capable d'emprunter un timbre crispé, comme de se faire plus clair, dans un registre médium subtilement expressif.

CYGNUS réussit donc ses premiers pas avec un Metal progressif lumineux, parfaitement équilibré entre force et subtilité, entre complexité et un sens aigu de la mélodie. Le groupe peut en toute confiance passer à l'étape suivante, celle du premier album.
Alain
Date de publication : lundi 25 décembre 2017