14 / 20
26/12/17
Annunaki
CHROMIUM HAWK MACHINE
 
Si vous voulez vous évader, si vous voulez tenter l'aventure, alors nul doute que le premier album de CHROMIUM HAWK MACHINE représente un véhicule adéquat. Mais pas pour faire un petit tour de rien du tout, il faut s'attendre à un périple cosmique, tourmenté, tortueux et surtout très long et lointain.

De quoi s'agit-il au juste ? CHROMIUM HAWK MACHINE est en fait le projet commun à Nik TURNER (saxophone, flûte traversière, vocaux, ancien de HAWKWIND), à Helios Creed (guitare et vocaux, membre des mythiques CHROME, initiateurs du punk acide) et à Jay TAUSIG (batterie, basse, synthétiseurs). Au programme, plus d'une heure de Space Rock particulièrement psychédélique et barré, ésotérique et plutôt ardu de prime abord.

Le trio ne recule devant rien, surtout pas devant de longues pièces qui ressemblent à des jams sous acide : pour preuves, les onze minutes de Another System (The Adam is Born), les quinze minutes de Cosmic Explosion, les vingt minutes de My Fuzzy Fantasy et surtout les 32 minutes de Crying Moon, Dying Sun ! Les autres titres affichent des durées plus raisonnables, voire concises. Cependant, cela donne une idée de la liberté que se sont donné les trois complices.
Du point de vue stylistique, on trouve grosso modo deux tendances principales à l’œuvre. La première, sûrement la moins facile à appréhender, s'inspire du Free Jazz et abonde en notes dissonantes, bruitistes, tourne le dos aux harmonies au profit d'une approche plus chaotique, plus heurtée.

La seconde tendance se veut ostensiblement plus apaisée, relativement plus harmonieuse, plus spatiale et planant, avec quelques moments profonds à la clé. Relativement laconique mais épaisse, la section rythmique se voit traversée par des stridulations, des modulations, des ondulations créées par la guitare et les synthés. La flûte de TURNER semble déambuler tranquillement dans ce substrat gazeux.

Vous aurez sûrement compris que les trois pilotes de cet engin improbables ne sont pas là pour délivrer un Space Rock des familles, traditionnel et conventionnel. Il leur faut de la démesure, du dérangement, du danger, de l'audace, quitte à demeurer incompris. A chacun de décider s'il prend un ticket pour ce type de voyage.
Alain
Date de publication : mardi 26 décembre 2017