15 / 20
02/01/18
Binge
BONGCAULDRON
 
Bien que ce trio anglais ait sorti depuis 2012 deux EPs et une tripotée de singles, Binge est bel et bien leur premier album. Et on ne peut décemment affirmé que le groupe ait mis à profit ces cinq ans à peaufiner son style car BONGCAULDRON s'en tient fermement à ce que promettent sans ambages à la fois son nom et le titre de l'album : les propos tourneront donc autour d'un chaudron de pétards et du fait de se goinfrer, de se bâfrer, de se bourrer la gueule (cocher toutes les mentions, merci).

Mettant à profit les fondamentaux s'appliquant aux trios, posés en son temps par le mythique MOTÖRHEAD, BONGCAULDRON ne s'embarrasse pas de fioritures et fait dans la simplicité : qu'il s'agisse de compositions rapides ou plus lentes et lourdes, on adopte la tactique dite du droit devant et on tire sur tout ce qui bouge ! Forcément, les rythmiques et les riffs demeurent basiques (bourdonnants mais clairement dessinés), les vocaux n'en démordent pas du registre sauvage et rauque (avec toutefois quelques incursions plus aigres). Si les styles Doom, Sludge et Stoner viennent s'alcooliser tous ensemble à tour de rôle, voire concomitamment, on note des moments plus directement Punk'n'Roll et, plus généralement, on peut sans honte invoquer les mânes de CELTIC FROST, des débuts de KREATOR, SODOM et DESTRUCTION, sans oublier ce zeste de Rock'n'Roll sauvage qui remue toujours les tripes.

Qui plus est, on relève de ci de là des senteurs psychédéliques qui enrichissent quelque peu le paysage. On ne vous parle pas là d'un psychédélisme fleuri mais plutôt de dérèglements opiacés qui viennent compléter le tableau d'une soirée de défonce. Rien que pour cela, on a envie de continuer à touiller le chaudron...

Vidéo de Devil : cliquez ici
Alain
Date de publication : mardi 2 janvier 2018