17 / 20
06/01/18
Threshold
THE AGE OF TRUTH
 
Remerciera-t-on jamais assez CORROSION OF CONFORMITY d'avoir fait assez drastiquement muté sa formule en 1991 avec l'album Blind, passant d'un Crossover Hardcore-Metal (valable le temps des albums Eye For An Eye, Animosity et du EP Technocracy) vers une forme de Heavy Metal qui synthétisait de manière inédite l'urgence et le propos politique du Hardcore, la lourdeur du Metal moderne et les influences Seventies (BLACK SABBATH en tête) ? Sûrement jamais assez, à mon humble avis. Aujourd'hui, que l'on fasse référence au Sludge ou au Southern Metal, voire au Stoner Metal, on devrait systématiquement déposer une offrande sur l'autel d'une formation essentiel et pourtant inversement reconnue par rapport à son apport et à son influence effectifs.

Évoquez le nom de CORROSION OF CONFORMITY de manière aussi laudative pour évoquer Threshold, le premier album de ce quartette originaire de Philadelphie n'implique en rien de diminuer les qualités propres à THE AGE OF TRUTH. Il s'agit plutôt de trouver l'ombre tutélaire la plus crédible et la plus flatteuse.

En effet, THE AGE OF TRUTH a développé une maîtrise avérée du syncrétisme entre la lourdeur et l'épaisseur du Metal (Come Back A God, Host-The Devil In Me), une approche plus subtile et bluesy des guitares (héritage 70's flagrant sur Caroline, Oceanbones, Honeypot, Supernatural Salesman), l'investissement viscéral du Hardcore (notamment dans les textes et dans leur interprétation) et une capacité à créer des ambiances troublantes, basées sur les émotions. Pour se convaincre de la qualité de l'écriture et de l'interprétation du groupe, il n'y a qu'à écouter le titre éponyme !

Les qualités instrumentales sont patentes puisque les guitares alternent plans bluesy et riffs crépitants, la basse bourdonne des lignes puissantes mais souples et la batterie marque sèchement les temps, tout en assurant une animation dynamique et variée. Le tout au gré d'une alternance très maîtrisée des montées en puissance, versus des passages plus intimistes et tempérés.
Reste à saluer la qualité du chant qui lui aussi fait preuve de variété et de capacité d'adaptation, passant d'un registre plutôt grave, chaleureux ou douloureux, à des intonations plus rauques, rageuses ou douloureuses.

Le tout dans un contexte d'auto-production, avec un son impeccable et un visuel pas banal... pourquoi attendre encore pour découvrir THE AGE OF TRUTH ?!

A noter : des versions vinyles verront le jour début 2018 grâce au label Kozmik Artifactz : guettez-les !

Vidéos de :
Come Back A God cliquez ici
Oceanbones cliquez ici
Threshold cliquez ici
Holding Hands Like Thieves cliquez ici
Caroline cliquez ici
Alain
Date de publication : samedi 6 janvier 2018