17 / 20
12/01/18
Duality
ORION DUST
 
Duality, premier album de ORION DUST, est proposé une première fois au printemps 2017. L’enthousiasme suscité par la musique de Cécile (chant), Guillaume (batterie), Olivier (Basse), Coralie (claviers) et Fabien (guitares) fait que le premier tirage de l’album est rapidement soldé. Le groupe décide donc de rééditer Duality en ce début 2018. L’artwork et le digipack sont de qualité, sombres et intrigants, à l’image des thèmes abordés durant l’heure que dure l’album : le burn out puis les maux, tourments et souffrances d’un homme luttant pour ne pas glisser et disparaître dans la dépression et la folie.

Les 10 compositions sont autoproduites, de façon propre et claire, avec un souffle, un voile rappelant les productions des 70’s. Un choix totalement assumé, conscient et opportun. Car effectivement, le contenu de cet album s’ancre avec passion et éloquence dans un rock progressif 70’s (anglais), tout en ménageant une place à des sons hard progressif (Duality penchant vers DEEP PURPLE) ainsi que metal soft progressif plus ou moins moderne. La structure de l’ouvrage est accessible, fluide, homogène, jamais complexifié inutilement. Les mélodies sont travaillées, portées par le chant performant, plein de caractère et de charisme de Cécile. Un certain lyrisme s’entend ici et là, et les vocalises (de la longue et étirée Happiness Inside) sont plutôt réussies, pouvant rappeler PINK FLOYD (Gig In The Sky). Les guitares sont lumineuses, pleines de feeling, techniques sans être démonstratives, libérant des soli magnifiques (Séléné et son premier solo au touché de Bryan JOSH, guitariste et leader de MOSTLY AUTUMN). Voilà indéniablement une des forces du groupe.
Si sur la durée de l’album, les ambiances et tempi posés et pondérés, drapés dans une relative mélancolie, semblent prévaloir (l’atmosphérique minimaliste et énigmatique Absencia, The Tightrope Walker, l’intimiste The Rest), ORION DUST sait aussi, avec savoir-faire et clairvoyance, insuffler un dynamisme salvateur en s’appuyant sur ses orientations hard / metal progressives (Cliffs Of Moher, Burn Out, Darkest Hopes…). S’insèrent tout au long de Duality des plages instrumentales inspirées, où s’entend la flûte d’Amélie (Burn Out, le bigarré Narcotic Dream).
Alors sans s’abîmer dans un passéisme convenu et poussiéreux, les musiciens de ORION DUST ont su avec brio et manière, à travers ce premier album réussi, s’approprier l’héritage progressif des 70’s, sans toutefois tourner le dos et bouder une certaine modernité.

Duality Live : cliquez ici

Duality :
01 : Cliffs Of Moher – 02 : Burn Out – 03 : Absencia – 04 : Darkest Hopes – 05 : Duality – 06 : Happiness Inside – 07 : Narcotic Dream – 08 : The Tightrope Walker – 09 : Séléné – 10 : The Rest
Ben
Date de publication : vendredi 12 janvier 2018