17 / 20
06/03/18
Starry eagle eye
SVARTANATT
 
Le premier album sans titre de ce groupe suédois paru en 2016 m'avait fait une excellente impression et son successeur Starry Eagle Eye confirme ce constat initial, voire l'amplifier. Plus que jamais de Rock Hard de SVARTANATT puise son inspiration dans la fin des années 60 et dans la décennie suivante. Pour autant, moins que jamais le groupe ne peut être réduit aux sempiternelles comparaisons avec BLACK SABBATH, LED ZEPPELIN et DEEP PURPLE. Certes, la présence de claviers, notamment d'un orgue souvent en interaction avec les guitares, amène immanquablement à évoquer ces derniers. Mais il s'agit-là d'une facilité tant SVARTANATT propose un son moins agressif, un style plus terre-à-terre et une attitude moins démonstrative que le pourpre profond à ses grandes heures.

Les compositions de SVARTANATT sont plutôt brèves, basées sur des structures classiques (notamment une alternance entre couplets et refrains), avec des mélodies fortes, qu'elles soient fournies par le chant ou les guitares. Outre la présence déjà évoquée des claviers, majoritairement sous forme d'orgue mais aussi de piano, les guitares complémentaires constituent une caractéristique majeure du son développé par le quintette. A ce propos, on se réfère forcément à THIN LIZZY et à WISHBONE ASH pour décrire ces mélodies entrelacées, à la fois élégantes et incisives, plus prégnantes que des riffs certes nerveux, mais relativement légers.
Pas forcément très puissante, la voix m'évoque une fusion entre Alice COOPER et Phil MOGG (UFO), avec une réelle capacité à varier les expressions.

Mais c'est surtout du côté de la qualité des compositions que SVARTANATT marque des points et prouve sa capacité à progresser. Ici, les titres s'avèrent davantage mémorisables et attractifs, rehaussés par des arrangements plus affûtés, sans que cela nuise en rien à l'approche directe et vivante. Il faut en outre souligner la variété de ces titres, parmi lesquels on trouve des mid-tempos Hard Rock carrés et accrocheurs (The Lonesome Ranger, The Children Of Revival, Starry Eye Eagle, Black Heart), les morceaux de Hard Rock'n'Roll aux tempos plus appuyés (Duffer, Wrong Side Of Town, Hit Him Down), ainsi que deux ballades électriques fort bien tournées (Universe Of et Wolf Blues).

SVARTANATT transcende les paradoxes puisqu'il parvient à se faire tout à la fois charmeur et à parler aux tripes, à emprunter à tour de bras au passé tout en se situant de plain pied dans le présent. A la clé, Starry Eagle Eye représente une véritable bonne surprise de ce début d'année. Gageons qu'il servira de rampe de lancement pour le groupe...

Vidéo de Hit Him Down : cliquez ici
Alain
Date de publication : mardi 6 mars 2018