15 / 20
01/05/18
Wakan tanka nici un
CHEROKEE
 
CHEROKEE (à ne pas confondre avec d'autres formations ayant adopté un nom strictement identique), ce sont quatre musiciens et une chanteuse qui nous arrivent de Cologne et qui ajoutent ce EP quatre titres à leur brève discographie (essentiellement composée de formats encore plus courts). Comme l'artwork le laisse penser, le quintette situe ses influences dans les années 70 et cite en vrac THIN LIZZY, RAINBOW, ZZ TOP, AC/DC, THE OUTLAWS et BLUE ÖYSTER CULT.

Le fait est que les compositions optent pour une approche directe, nerveuse, empreinte de Boogie et de Rock le confirme. Le son lui-même s'avère dépouillé et vise à mettre en relief le rendu live d'un groupe qui s'illustre par sa vivacité et son sens de l'engagement. De tous les groupes cités ci-dessus, les membres de CHEROKEE ont retenu les éléments rythmiques les plus efficaces, ainsi qu'un goût immodéré pour les parties de guitare solo incandescentes et les plans harmonisés. D'ailleurs, le seul moment démonstratif concerne la guitare qui, en introduction du morceau Firewater, se fend d'un solo bourré de tapping.

Le chant rauque de Laura VESPRINI sonne de manière ample et énergique, même si on se prend parfois à souhaiter qu'elle fasse preuve de davantage de retenue afin d'introduire plus de subtilité. Sur le titre Blood Worth Its Weight In Gold, elle marie par exemple de manière pertinence les intonations crispées et les moments plus posés, plus graves.

Si récemment, vous êtes tombés sous le charme de groupes revivalistes comme HONEYMOON DISEASE, SVARTANATT ou TRAVELIN JACK, je pense que vous pouvez sans délai ajouter le nom de CHEROKEE à votre liste !

Vidéo de Ethelred, Hero Of Trist : cliquez ici
Alain
Date de publication : mardi 1 mai 2018