11 / 20
08/05/18
Unique
POEM
 
Le troisième album du groupe grec POEM, curieusement intitulé Unique (?), m’a donné l’occasion d’écouter un style de musique que je n’affectionne pas particulièrement… C’est dire si je ne suis pas le chroniqueur idéal pour couvrir sa promotion ! J’ai pourtant maintes fois « sur mon métier remis mon ouvrage », histoire de m’assurer que, même en l’écoutant consécutivement (et lentement…), je n’aurais pas de remords de ne pas réussir à l’apprivoiser. Verdict sans appel : je jette l’éponge !
Alors qu’a cette galette de si indigeste ? Elle est… bien levée : autrement dit, sans m’en tenir à ma métaphore culinaire, la production souligne la qualité de la section rythmique et magnifie la voix du frontman ! L’ennui, à ce stade de ma démonstration, c’est que le chanteur hurle plus souvent qu’il ne module son…organe et c’est souvent à la limite du supportable (Euthanasia par exemple…). Le guitariste, quant à lui, se fait trop discret à mon goût et trop rares sont les soli susceptibles de me faire sortir de ma torpeur… (cliquez ici).
Ces réserves exposées, le quatuor d’Athènes s’en sort plutôt bien techniquement mais les sept compos proposées ici lorgnent plus du côté atmosphérique que franchement progressif et personnellement, cette frange alternative du metal ne me convainc pas. Si comme moi, vous avez besoin de mélodie pour adhérer, passez votre chemin ! Si par contre, DEFTONES ou ALICE IN CHAINS ont su par le passé vous séduire, vous vous retrouverez avec POEM en terrain connu…
Excepté My Own Disorder dont le refrain reste en mémoire, les autres morceaux s’enchaînent sans se différencier particulièrement les uns des autres : ils créent certes une ambiance mais tellement terne et si peu enthousiasmante que je n’ai eu qu’une hâte : m’en défaire pour ne pas sombrer dans la neurasthénie. A vous de voir si cette éventualité ne vous effraie pas !
Rebirth
Date de publication : mardi 8 mai 2018