18 / 20
22/05/18
Blame it all on sorcery
OLD MAN WIZARD
 
Les maisons de disques se plaignent parfois de leur sort mais le fait est qu'elles devraient s'interroger sur leur capacité à faire émerger des talents, plutôt que de participer à des vogues reprenant les recettes du passé (le retour des 70's, du Thrash, du Death Metal old school, les nouvelles vagues tentant de reproduire la New Wave Of British Heavy Metal...). Car pendant ce temps, certains groupes développent une personnalité et prennent leur destin en main, se débrouillant pour auto-produire leurs albums. Le trio américain OLD MAN WIZARD fait sans contestation possible partie de cette catégorie de formations talentueuses dans le style et entreprenantes quant à leur carrière.

Déjà auteur d'un album en 2013, intitulé Unfavorable, OLD MAN WIZARD a accordé aux dix compositions de Blame It All On Sorcery un temps de gestation et de maturation étalé sur plusieurs années. D'où sûrement la sensation palpable d'une perfection dans l'écriture et dans l'interprétation. Le groupe pratique un Rock progressif qui n'hésite pas, le cas échéant, à emprunter certains éléments du Metal : riffs teigneux, basse grondante, rythmiques puissantes, accélérations impérieuses. Cependant, la substance essentielle de la musique du trio demeure bel et bien le Rock progressif, dans sa dimension pastorale, privilégiant la guitare acoustique, un splendide chant clair, renforcé par des harmonies. Pensez aux moments les plus Folk et paisibles de JETHRO TULL et GENESIS, à CARAVAN (sans le côté jazzy), aux albums solo de Anthony PHILLIPS, à DRUID... Mais songez toujours que les parties les plus charmeuses sont toujours susceptibles d'être complétées par des signes de puissance qui complexifient et diversifient la perception de l'ensemble.

Il se trouve que cet alliage de finesse et de rudesse, de lumière et d'ambiances plus brumeuses, posé sur des trames non linéaires, convient particulièrement bien aux textes qui empruntent leurs thèmes à l'univers de l'Heroic Fantasy. Au total, l'auditeur se trouve littéralement embarqué dans les méandres d'une imagination conceptuelle et musicale riche et puissamment évocatrice. Le seul regret que l'on peut avoir à Blame It All On The Sorcery réside dans le rendu un peu sec de la production. Cela dit, l'avantage de cette approche sans apprêts est que l'on échappe à un son pompeux ou clinique ; par contre, on sent bien l'énergie live qui se dégage du trio.

La très grande qualité de cet Blame It All On Sorcery me renforce dans l'idée qu'un label sérieux doit prendre en charge la destinée de cet album et de ce groupe, afin que le plus grand nombre se trouve exposé à cette musique chatoyante et complexe.

Vidéo de Innocent Hands cliquez ici
Alain
Date de publication : mardi 22 mai 2018